Wind River : « Android va bien au-delà de la téléphonie mobile »

MobilitéOS mobilesPoste de travail

Android sort largement du cadre des terminaux mobiles, pour s’inviter dans des produits toujours plus divers. Focus sur Android et l’embarqué avec Cristina Segal, de Wind River.

Spécialiste logiciel de l’électronique embarquée, Wind River s’investit de plus en plus dans le monde Android. L’éditeur propose ainsi les Wind River Solution Accelerators for Android, une offre permettant d’enrichir l’OS mobile de Google (plus de détails sur ce sujet se trouvent dans ce précédent article).

Cristina Segal, directrice des solutions Android chez Wind River, est revenue avec nous sur la montée de cet OS mobile au sein des produits embarqués. Avant de rentrer dans le vif du sujet, elle précise que la société va plus loin que la simple fourniture de produits packagés dédiés à Android. Elle est ainsi capable de proposer des solutions sur mesure à ses clients.

Elle nous confie également que « les Wind River Solution Accelerators for Android ont aussi tenté des concepteurs de tablettes classiques ». La société amène ainsi Android à l’embarqué et, dans le même temps, Android lui permet de sortir de l’embarqué.

Le multimédia

Premier secteur qui a permis à Android de sortir du monde des smartphones, le multimédia. « Nous avons commencé dans ce domaine il y a quelques années, en mettant au point un système de vidéoconférence pour Avaya, puis des systèmes multimédias pour les voitures, récemment avec Clarion. Beaucoup de produits multimédias utilisent aujourd’hui une base Android. »

Les tablettes industrielles

Autre domaine, les tablettes, non pas classiques, mais d’entreprise. « Des produits avec des contraintes spécifiques en termes d’accès aux applications, de sécurité, etc. La virtualisation permet d’accéder à deux OS sur la même machine, offrant ainsi de mêler mondes personnel et d’entreprise sur un unique produit. » Avec les GPS, présents en masse au sein des terminaux Android, des applications de gestion avancée de flotte deviennent également possibles.

Les forces armées

« Armée, douane et police sont intéressées par des dispositifs radio équipés d’Android. Ils répondent aux habitudes des jeunes qui rejoignent ces services de forces de l’ordre ou armée. Comme souvent, c’est l’utilisateur final qui pousse à la modernisation des produits. » Android permet donc de réduire le fossé séparant les produits personnels et professionnels. « Windows a commencé par le desktop, avant de convaincre les entreprises, puis le monde de l’embarqué… du fait des demandes des utilisateurs. Nous constatons la même tendance avec Android. »

Et plus encore

Cette volonté pour les utilisateurs de retrouver leurs habitudes Android sur d’autres produits de la vie de tous les jours (professionnels ou non) ouvre toujours plus de marchés pour cette offre. Cristina Segal note ainsi une forte demande dans le secteur médical (tablettes médicales, télémédecine, etc.).

Toutefois tout n’est pas rose. L’éditeur doit convaincre des entreprises qui ont parfois beaucoup investi dans des logiciels ou OS propriétaires. De plus, le taux de renouvellement rapide d’Android ne coïncide pas – loin de là – avec celui des produits embarqués. « Les deux mondes doivent s’accorder. Mais le TCO reste en faveur d’Android. De plus, le concept de “market” permet aux acteurs du monde industriel de disposer de nouvelles possibilités de déploiement des applications, mais aussi de monétisation des logiciels et services. »

Crédit photo : © Wind River


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur