Brevets : Microsoft et Asus s’accordent sur la question d’Android

JuridiqueMobilitéRégulationsSmartphonesTablettes
2 8 1 commentaire

Microsoft ne poursuivra pas Asus qui, en contrepartie, s’engage à installer les services Office sur ces terminaux Android.

Microsoft et Asus (Asustek Computer)ont annoncé, fin de semaine dernière, avoir étendu un précédent accord de licence, sans toutefois préciser lequel. Mais, visiblement, ce nouvel accord évitera au constructeur coréen d’éventuelles poursuites de la part de Redmond sur les terminaux Android. A l’heure où Microsoft a enterré la hache de guerre avec Google sur la question des brevets logiciels exploités dans les smartphones Motorola (précédemment détenu par Mountain View qui en a conservé la propriété intellectuelle avant de revendre la société à Lenovo), l’éditeur de Windows semble vouloir apaiser ses relations avec ses partenaires et néanmoins concurrents sur la questions des technologies Microsoft supposément utilisées dans l’environnement Android.

L’accord trouvé entre les deux parties porte sur un ensemble assez large de licences autour des smartphones et tablettes Asus et les terminaux, logiciels et services Microsoft. « Il ouvre la voie à une intégration plus étroite entre les deux entreprises », souligne le communiqué. Ce qui se traduit notamment par l’intégration par défaut de la suite Office et des services en ligne liés sur les appareils Android du constructeur taïwanais. Un volet sur le partage de technologies à travers les développements de nouveaux produits est également à l’ordre du jour.

Un accord qui étend l’empreinte de Microsoft

Pour Nick Psyhogeos, président de Microsoft Technology Licensing LLC, « cet accord apporte une valeur significative pour les deux sociétés. […] Il ouvre la porte une collaboration entre Microsoft et Asus rendue possible par le respect mutuel et l’harmonisation de la propriété intellectuelle ». Pour Vincent Hong, conseiller juridique d’Asus, « cet accord apportera à nos deux sociétés une plus grande capacité à innover pour nos clients ». C’est avant tout un moyen, pour Microsoft, d’étendre son empreinte dans le monde Android (et accessoirement iOS) et assurer sa présence sur un maximum de plates-formes numériques. Ces derniers mois, Microsoft a passé des accords similaires à celui d’Asus avec Samsung, Dell ou encore Kyocera.


Lire également
Le consortium Rockstar revend ses brevets anti-Android
Android : la Chine dévoile 310 brevets utilisés par Microsoft
Microsoft et le mobile : quand les emmerdes volent en escadrille


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur