Le consortium Rockstar revend ses brevets anti-Android

JuridiqueMobilitéRégulationsSmartphones

Rockstar, l’entreprise chargée de gérer les 6000 brevets de Nortel pour le compte d’Apple et Microsoft notamment, revend son portefeuille à RPX. Et met fin aux poursuites en cours.

Se dirige-t-on vers une trêve de la guerre des brevets dans l’industrie du mobile ? Rockstar, l’entreprise créée par Apple, Microsoft, Blackberry, Ericsson et Sony, et chargée de gérer les 6000 brevets acquis en 2011 dans la foulée de la faillite de Nortel, vient d’en vendre la majeure partie à RPX, une société chargée de protéger ses clients contre les attaques sur la propriété intellectuelle, rapporte le Wall Street Journal. Le montant de la transaction s’élève à 900 millions de dollars. Bien moins que les 4,5 milliards dépensés par Rockstar dans le dépeçage de l’ancien équipementier canadien.

Derrière Rockstar, l’objectif d’Apple et ses acolytes visait à attaquer, indirectement, les constructeurs de smartphones Android. Rappelons que Google avait également tenté de racheter les brevets de Nortel. En vain, il s’était rabattu sur l’acquisition de Motorola Mobility que l’entreprise californienne a fini par revendre à Lenovo expurgé d’une grande majorité des plus de 17 000 brevets.

L’accord met fin à l’ensemble des poursuites

Mais Rockstar avait reconnu que la planification des licences propres aux brevets de Nortel ne s’était pas déroulée comme espéré. Autrement dit, une affaire beaucoup moins intéressante que prévue qui avait poussé le gestionnaire à attaquer en justice plusieurs entreprises soupçonnées de violer ses brevets dont Google, Cisco, Samsung, HTC ou encore LG. Le mois dernier, Rockstar a passé des accords financiers, confidentiels, avec Cisco et Google pour mettre fin aux litiges. La revente des brevets à RPX doit également mettre un terme à l’ensemble des poursuites.

Car RPX appuie son activité sur la mise à disposition de son catalogue de brevets aux entreprises attaquées par des « patent trolls » afin de s’en défendre. Tout l’inverse des sociétés spécialisées dans l’exploitation de brevets qu’elles non pas elles-même déposés, donc. RPX entend commercialiser les brevets de Rockstar auprès d’une trentaine d’entreprises. Dont Google et Cisco. Si ce dernier a exprimé sa satisfaction face à l’évolution de la situation au quotidien américain, Google ne s’est pas prononcé.

La guerre des brevets s’adoucit mais la paix reste utopique

Le transfert des brevets de Rockstar à RPX s’inscrit dans une volonté d’apaisement de l’industrie. En mai dernier, Apple et Google enterraient la hache de guerre qu’ils se menaient autour de l’utilisation de brevets Apple dans les terminaux Motorola. En août, Apple et Samsung s’accordaient pour mettre un terme à leurs poursuites respectives à l’échelle mondiale à l’exception du marché nord-américain. Tout récemment, Google et LG, partenaires pour la fabrication de certains Nexus, signaient un accord de partages de brevets respectifs. Néanmoins, certains conflits persistent. Notamment autour des revendications que Microsoft porte sur certaines technologies utilisées au sein d’Android. Un conflit qui s’est accentué l’été dernier avec Samsung. Le constructeur coréen a profité du rachat de Nokia par Microsoft pour rompre le contrat de licence qui le liait à Redmond. Qui a décidé de porter l’affaire en justice. La guerre des brevets est loin d’être enterrée dans l’industrie mobile.


Lire également
Dell signe un accord avec Microsoft, pour des brevets qui s’appliqueraient à Android et ChromeOS
Les experts américains de l’open source montent au front contre les brevets logiciels
Alcatel-Lucent va racheter sa propriété intellectuelle


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur