L’appel à candidature des 700 MHz est ouvert

4GGestion des réseauxGouvernanceLegislationMobilitéOperateursProjetsRégulationsRéseauxSecteur Public
3 6 Donnez votre avis

Le régulateur vient d’ouvrir l’appel à candidatures pour l’attribution des licences 700 MHz. Les opérateurs ont jusqu’au 29 septembre pour déposer leur dossier.

Le régulateur n’aura finalement pas attendu la fin du mois pour lancer la course aux 700 MHz en France. L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vient d’annoncer, ce vendredi 9 juillet, l’ouverture de l’appel à candidature pour l’attribution des nouvelles fréquences hertziennes. Et invite les opérateurs intéressés à retirer et déposer leurs dossiers de candidature avant le 29 septembre prochain (à 12 heures pour être précis).

Un mécanisme d’attribution équilibré

Bouygues Telecom, Free, Numericable-SFR et Orange vont donc candidater. Rappelons que le modèle d’attribution retenu est celui d’une enchère ascendante à plusieurs tours sur les 6 lots de 5 MHz bidirectionnels à raison d’un prix de réserve de 416 millions d’euros par lots qui rapporteront donc à l’Etat près de 2,5 milliards d’euros au minimum. Ce mécanisme permet d’assurer l’attribution d’au moins une bande de fréquence 700 MHz à chacun des candidats qui ne pourront cumuler plus de 3 blocs (15 MHz) et pas plus de 30 MHz de largeur de bande basse (700, 800 et 900 MHz).

Ce mécanisme vise donc à inciter les opérateurs les plus motivés à investir dans ces nouvelles fréquences sans néanmoins permettre à ceux qui disposent des plus gros moyens de les préempter. Un modèle d’attribution équilibré qui devrait intéresser Free en premier lieu. L’opérateur ne dispose en effet que de 2×5 MHz de fréquences basses (dans les 900 MHz) alors que ses concurrents en cumulent 2×20 MHz chacun (19,8 MHz pour Bouygues Telecom) entre les 800 MHz et les 900 MHz. Free avait en effet raté les enchères de 2011 sur les 800 MHz. Dans l’absolu, la filiale d’Iliad pourrait donc obtenir 3 lots de 700 MHz (le sien par défaut et les deux autres supplémentaires non réservés à chacun des trois autres candidats). Le scénario le plus réaliste reste que Free s’arrange pour obtenir 2 lots, ainsi qu’un de ses concurrents, tandis que les deux derniers opérateurs en course se contenteront d’un seul bloc.

Les 700 MHz pour la 5G ?

La modalité inédite d’attribution de ces nouvelles ressources hertziennes (obtenues du dividende numérique de la télévision terrestre) n’est pas la seule originalité qui accompagne les 700 MHz. Leur utilisation également. On ignore encore en effet dans quelles technologies mobiles elles seront exploitées. Si la 5G est naturellement évoquée, celle-ci n’est pas attendue avant 2020 (2018 au mieux pour les projets pilotes). Or, les 700 MHz pourront être exploitées dès avril 2016 en Ile-de-France puis dans le reste du pays en fonction de la libération des fréquences dans les régions jusqu’à juin 2019. Ce qui n’a pas empêché le régulateur de préciser les obligations de couvertures. A savoir en priorité les zones rurales (63% du territoire) ainsi que la couverture des lignes ferroviaires pour les trains du quotidien.

Fort de toutes ces conditions à remplir, les opérateurs se verront attribuer leurs licences d’exploitation de la bande de fréquences 700 MHZ pour 20 ans avant la fin de l’année.


Lire également
Les enjeux techniques et stratégiques des enchères sur le 700 MHz
L’ARCEP amorce les enchères des fréquences 700 MHz
La SNCF promet le WiFi dans tous les trains avant fin 2016

crédit photo : Chuck Wagner – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur