10 ans de succès pour Firefox. Et demain, la mobilité ?

LogicielsOpen Source
10 ans, anniversaire © Danny E Hooks - Shutterstock

En dix ans, Firefox s’est imposé comme l’un des navigateurs web majeurs de la Toile. Un succès que Mozilla a toutefois encore du mal à répliquer dans le monde mobile.

Le 9 novembre 2004, Mozilla sortait la version 1.0 du navigateur web Firefox. Fruit de plus de deux années de développement, Firefox proposait divers avantages sur son prédécesseur, la suite Internet Mozilla : un centrage sur les seules fonctions de navigation web et une plus grande légèreté.

Cette simplicité a été doublée d’entrée de jeu par une fonctionnalité révolutionnaire en son temps : les extensions. Grâce à elles, les utilisateurs pouvaient étendre les capacités de Firefox à volonté. Au mois d’octobre 2014, plus de 40 millions d’extensions ont été téléchargées par les internautes ayant opté pour Firefox.

Autre fonctionnalité clé, le support des onglets. Une technologie qui est étendue avec la sortie de Firefox 2.0, fin 2006. Les onglets imposeront Firefox auprès des utilisateurs avancés du web. Une fonctionnalité qui fera par la suite son entrée sur tous les butineurs majeurs du marché.

Avec la sortie de Firefox 3.5, une nouvelle avancée clé est proposée : la possibilité de lancer des sessions de surf privées, au sein desquelles les données de navigation ne sont pas stockées sur la machine de l’utilisateur. Le rythme d’innovation n’a jamais faibli depuis. Il s’est même accéléré, avec la mise en place d’un cycle de développement plus court.

Second navigateur web en Europe

Logiciel open source, Firefox se veut respectueux des standards du web, mais aussi des données privées des utilisateurs. Deux caractéristiques clés qui lui ont valu le support des internautes les plus au fait des problématiques liées à la Toile.

Dès 2009, Firefox devenait ainsi le navigateur web le plus utilisé par les webmasters visitant le site W3Schools. L’arrivée de Google Chrome lui fait toutefois perdre cette place en 2012. Et pour cause, puisque Chrome s’est rapidement imposé comme le numéro un du secteur des navigateurs web.

Firefox reste toutefois l’un des leaders du marché. Il occupe actuellement la troisième place du classement opéré par StatCounter, avec 18,8 % de parts de marché sur les trente derniers jours. Ceci le place en embuscade derrière Internet Explorer (21,2 %). Avec 51,6 % de parts de marché, Chrome semble toutefois aujourd’hui hors de portée.

En Europe, Firefox est le second butineur du marché, avec 25,8 % d’utilisateurs. Il se place ainsi entre Chrome (47,2 %) et Internet Explorer (17,7 %). Le succès du butineur de Mozilla est encore plus marqué en France, avec des parts de marché de 27,6 %, alors que Chrome et IE en comptent respectivement 47,1 % et 16,8 %.

La mobilité, nouveau défi

Les terminaux mobiles résistent aujourd’hui à l’offre de Mozilla. Il est vrai que les utilisateurs ont ici tendance à employer le butineur proposé par défaut au sein de leurs smartphones et tablettes : le navigateur d’Android (technologiquement proche de Chrome) ; Safari sous iOS ; Internet Explorer Mobile sous Windows Phone.

Selon StatCounter, Firefox reste en dessous des 1 % de parts de marché sur les terminaux mobiles. Mozilla compte toutefois sur les qualités de son offre pour gagner des partisans dans le monde mobile… mais également sur Firefox OS, un système d’exploitation mobile centré autour de Firefox.

Sur le même thème

Firefox 33 améliore son support vidéo desktop et mobile
Smartphones : Firefox OS part à l’assaut de l’Afrique
Anonymat sur le Net : Tor bientôt intégré à Firefox ?

Crédit photo : © Danny E Hooks – Shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur