Jacques Attali rêve d’une francophonie économique et numérique

MobilitéRégulations

L’économiste a remis à François Hollande un rapport sur la francophonie. Les technologies de l’information constituent, avec la démographie et les infrastructures, un moteur de croissance.

Jacques Attali a présenté mardi un nouveau rapport à l’Élysée. L’économiste, qui fut conseiller spécial de François Mitterrand de 1981 à 1991 et, plus récemment, président de la commission pour la libération de la croissance française à la demande de Nicolas Sarkozy, précise le potentiel économique de la francophonie dans ce rapport remis à François Hollande.

6e espace géopolitique par sa population, la francophonie représente 16% du PIB mondial, avec un taux de croissance moyen de 7%, selon l’économiste. Le triplement de sa population, la réponse au besoin en infrastructures et le développement des technologies de l’information permettraient d’accélérer la croissance économique de ce marché d’ici à 2050.

Le deuxième marché mobile au monde

Le numérique est un outil de choix pour diffuser la langue et la culture française dans le monde. Il permet, par ailleurs, de proposer des services publics à moindre coût ou encore de faire émerger des services aux entreprises dans des économies en développement, notamment dans la banque et le paiement mobile. Pour Jacques Attali, la croissance démographique de la francophonie doit donc s’accompagner d’une accélération de la diffusion des TIC, sur le continent africain notamment. L’Afrique constitue le deuxième marché au monde pour la téléphonie mobile – les téléphones s’y vendent quatre fois plus que les ordinateurs. Si moins de 5% de la population africaine a accès à des smartphones aujourd’hui, ce taux devrait passer à près de 20% en 2017, d’après les estimations d’Orange. L’opérateur télécoms français table sur une hausse de son chiffre d’affaires de 4% à 5% d’ici 2020 dans les pays d’Afrique francophone.

770 millions de francophones en 2050 ?

Le monde abrite 230 millions de francophones aujourd’hui et jusqu’à 770 millions en 2050, d’après Jaques Attali. « C’est un potentiel de croissance économique considérable… L’impact de la francophonie peut représenter jusqu’à un million d’emplois et 50 milliards de dollars au niveau de la balance des paiements », a-t-il déclaré lors d’un point de presse. « Dès 2020, une politique économique ‘francophilophone’ pourrait créer ou maintenir 360 000 emplois en France ».

Pour soutenir ce « scénario positif », Jacques Attali préconise de transformer l’Organisation internationale de la francophonie en une Union économique francophone et de mettre en place une politique industrielle centrée sur le numérique (formation à distance, édition de contenus, accès à des fonds de capital-risque…). L’économiste invite, enfin, les acteurs français du numérique à se mobiliser et à développer des sites et applications dédiés à la vente de produits français, sur le modèle de l’Apple Store ou d’Amazon.


Lire aussi

Afrique et Moyen-Orient : 8 opérateurs s’unissent pour accélérer l’accès Internet


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur