Bases de données : PostgreSQL 9.4 se connecte au monde NoSQL

Logiciels

Le nouveau type de données JSONB permet d’accélérer considérablement les traitements JSON au sein de l’offre PostgreSQL 9.4.

La mouture bêta 1 de PostgreSQL 9.4 vient d’être mise en ligne. Cette dernière offre propose un ensemble d’avancées qui devrait intéresser ceux qui souhaitent obtenir de meilleures performances ou une plus grande résistance (via la réplication) de leurs infrastructures de bases de données PostgreSQL.

PostgreSQL 9.4 devrait ainsi s’afficher comme une des grandes stars du transactionnel critique, où il ira concurrencer de front des produits comme Oracle Database ou Microsoft SQL Server. Il est d’ailleurs au cœur des solutions de bases de données de certains grands constructeurs, tel Bull (voir « Bull modernise les bases de données avec une appliance PostgreSQL »).

Mais ce n’est pas tout. Cette offre va au-delà des canons du SQL, pour aborder d’autres marchés. Bref, PostgreSQL 9.4 s’affirme comme une solution NoSQL viable, via un support étendu de JSON (JavaScript Simple Object Notation).

JSONB = JSON aux stéroïdes

Nous parlons bien ici de support amélioré de JSON et non de support natif de JSON, comme nous avons pu le lire ici et là. De fait, PostgreSQL supporte JSON nativement depuis sa version 9.2, présentée en septembre 2012 (voir « PostgreSQL 9.2 : plus performant, plus flexible »). Un support amélioré un an plus tard avec PostgreSQL 9.3 (voir « PostgreSQL 9.3 : plus rapide, plus solide, plus puissant, plus ouvert »).

Avec la mouture 9.4 de cette solution, un nouveau type de données est introduit : JSONB, pour « binary JSON ». Les informations ne sont plus ici stockées au format texte, mais dans un format binaire propre à PostgreSQL. Conséquence de ce choix, les performances devraient exploser, en particulier lors de fréquents accès à des données encodées en JSON.

Pour simplifier, JSON, qui était embarqué comme invité au sein de PostgreSQL, devient maintenant un élément crucial de cette solution de gestion de bases de données.

Servir de jonction avec le monde NoSQL

Damien Clochard, directeur des opérations et cofondateur de la société Dalibo (spécialiste français de PostgreSQL), nous avait expliqué dans un entretien accordé à la rédaction de Silicon.fr que l’un des objectifs stratégiques de PostgreSQL était de servir de pont entre les mondes NoSQL et SQL.

« L’outil transcende l’opposition SQL / NoSQL et propose le meilleur des deux mondes, » déclarait-il alors (l’intégralité de l’entretien se trouve ici). Chose qui devient aujourd’hui encore plus vraie avec l’arrivée du type JSONB.

Cet objectif, PostgreSQL n’est pas la seule offre Open Source à le poursuivre. MariaDB, un dérivé de MySQL, apporte ainsi dans sa version 10 un support avancé du NoSQL. Il passe toutefois ici essentiellement par des connecteurs, en particulier un permettant de se relier à des bases de données Cassandra. Voir à ce propos notre précédent article « Open source : MariaDB 10 s’éloigne de MySQL et s’attaque à l’analytique ».

Crédit photo : © Julien Eichinger – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les logiciels open source ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur