Bientôt la 3G dans le tunnel sous la Manche

MobilitéOperateursRéseaux

Les quatre opérateurs mobiles français et le groupe Eurotunnel vont signer une convention pour exploiter la 2G et 3G dans le tunnel sous la Manche. Alcatel-Lucent installera l’infrastructure mobile.

Demain, mardi 6 mars, Éric Besson, ministre délégué en charge de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique, réunira les quatre opérateurs mobiles français : France Télécom Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile, pour ne pas les nommer. Non pas pour tenter de mettre à plat les litiges et débats entraînés par le lancement du 4e opérateur mobile le 10 janvier dernier, mais pour signer une convention entre les exploitants de réseaux mobiles et le groupe Eurotunnel.

Cette convention vise à mettre en œuvre l’installation d’une infrastructure de réseau mobile dans le tunnel sous la Manche en vue d’assurer la continuité des services de communication en 2G et 3G lors de la traversée en train entre la France et l’Angleterre. Service à ce jour inexistant et qui sera actif pour le mois de juillet prochain en vue de répondre à l’affluence que ne manqueront pas de provoquer les Jeux olympiques de Londres cet été (du 27 juillet au 12 août).

C’est l’équipementier franco-américain Alcatel-Lucent qui se chargera d’installer la solution qui permettra aux opérateurs de proposer les services de communication à leurs clients tout au long de la cinquantaine de kilomètres d’un tunnel enterré à plus de 100 mètres sous le niveau de la mer. « Cette infrastructure permettra aux passagers empruntant le tunnel (en train ou dans les navettes) d’utiliser des services de communications 2G et 3G, ce qui n’est pas possible actuellement, grâce à une technologie française du groupe Alcatel-Lucent », annonce le ministère de l’Industrie dans son invitation.

Free mobile dans le métro

Free Mobile devrait également être disponible dans d’autres sous-sols, parisiens cette fois. Fin novembre 2011, la RATP lançait un appel d’offres auprès des quatre opérateurs afin de renforcer son infrastructure mobile des couloirs du métro en 3G. Ce dernier qui devrait aboutir à une entreprise collaborative matérialisée par la création d’une entité commune avec la RATP. À terme, les quatre industriels de la mobilité devraient être en mesure d’offrir leurs services respectifs aux cinq millions d’usagers quotidiens du réseau de transport sous-terrain. Ce qui permettra à Free Mobile de faire son apparition dans les couloirs du métro parisien où il est aujourd’hui visiblement absent, selon les témoignages postés sur les forums.

Il n’en reste pas moins que la photo des quatre opérateurs se serrant la main le temps d’une signature autour d’un ministre vaudra le détour en ces temps de tensions concurrentielles extrêmes, même si l’image risque de ne pas faire long feu.

Crédit photo © Eurotunnel


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur