Brevets : Huawei réclame un milliard $ à Verizon

Gestion des réseauxOperateursRéseaux

Mis au ban par les Etats-Unis, Huawei accuse Verizon d’avoir utilisé plus de 200 de ses brevets sans autorisation.

Touché par un embargo de l’administration américaine, Huawei s’attaque à l’un des fleurons des télécommunications aux Etats-Unis : Verizon.

L’équipementier chinois lui réclame un milliard de dollars pour avoir enfreint plus de 200 brevets déposés, alors même que l’opérateur américain n’est pas un client de Huawei. 

Une vingtaine de fournisseurs de Verizon sont concernés

Reuters affirme que l’affaire concerne des activités aussi variés que les réseaux, les infrastructures filaires et l’internet des objets. Les deux parties se sont rencontrées il y a une semaine pour évoquer ce différend.

Selon le Wall Street Journal, ce litige est sur le tapis depuis février, et les brevets couvrent l’équipement réseau d’une vingtaine de fournisseurs de Verizon qui eux paieraient des « royalties » à l’opérateur.

Des indemnités et des accords de licence qui devraient, semble-t-il, être rétrocédés à Huawei si la paternité des brevets est avérée.

 «Ces problèmes ne concernent pas que Verizon. Compte tenu du contexte géopolitique plus large, toute question impliquant Huawei a des implications pour l’ensemble de notre secteur et soulève également des préoccupations nationales et internationales.» a indiqué  le porte-parole de Verizon.

Huawei est toujours sous le coup du moratoire de 90 jours décidé par l’administration Trump pour ouvrir des négociations avec les entreprises américaines, dont Google, qui ont mis fin à leur collaboration pour respecter la décision gouvernementale de « blacklister  » l’équipementier.

Concrètement, les Etats-Unis n’avaient pas forcément prévu les dégâts collatéraux liés à la rupture des relations avec Huawei.

 

Lire aussi :