EMC World 2015 – Avec CoprHD, le SDS d’EMC passe en Open Source

CloudData & StockageDSILogicielsOpen SourceProjetsStockageVirtualisation

EMC innove en annonçant le projet CoprHD, une version open source de son SDS ViPR. Le projet n’inclut que le contrôleur, mais cela ne manque d’intérêt ni pour le marché ni pour EMC.

Les mauvaises langues avanceront que la solution de Software Defined Storage ViPR peine à décoller, et que proposer son contrôleur en mode open source permet à EMC de renforcer sa présence sur le marché. Néanmoins, il semble que le constructeur/éditeur ait réellement saisi l’intérêt de ce modèle, y compris pour son activité stockage.
Le dirigeant prônait même l’ouverture au cours de son allocution sur scène lors de la troisième journée d’EMC World à las Vegas la semaine dernière.

Joe Tucci, CEO d'EMC, prônant l'ouverture. Les temps changent...
Joe Tucci, CEO d’EMC, prônant l’ouverture. Les temps changent…

EMC investit en R&D, mais s’ouvre aussi à l’open source
Joe Tucci, dirigeant du groupe EMC, a rappelé que le monde entrait dans une ère numérique d’applications de nouvelle génération nécessitant les technologies cloud (privé ou public, mais mieux encore en mode hybride) et que la puissance de la Fédération (alliance EMC, VMware, VCE, Pivotal et RSA) savait comment y répondre en automatisant un maximum de tâches.
« Plus que jamais, pour évoluer vers ces nouvelles applications et technologies vous ne voulez pas être prisonniers ou dépendants d’une technologie. Nous faisons donc en sorte dans nos produits de ne pas vous enfermer comme vous pouvez le constater avec nos ouvertures, y compris en open source,» a lancé Joe Tucci. «Pour parvenir à vous proposer tout cela, nous devons œuvrer à une grande échelle. Quelques chiffres pour vous donner une idée. Sur plus de 70 000 employés, EMC compte 21 000 commerciaux, 16 000 ingénieurs développant des logiciels et solutions matérielles, et 22 000 personnes dans les services et le consultant. Et bien entendu, un très large écosystème de partenaires (technologies, services et consulting).»
Puis le dirigeant a rappelé les 12% du revenu consacrés à la R&D et les 8% destinés aux acquisitions, soit plus de 5 milliards d’investissement global. Depuis deux ans, le CEO a particulièrement souligné quelques investissements majeurs et continue sur : le software defined network avec NSX (Nicira), la gestion de la mobilité avec AirWatch (racheté par VMware), Pivotal (cloud, PaaS et Big Data), le stockage à l’échelle cloud avec ScaleIo et ECS, ou encore le stockage flash avec XtremIO et DSSD.

RandyBrias, EMC
Randy Brias, EMC

directeur adjoint Emerging technologies

directeur adjoint Emerging technologies

CoprHD : un SDS en open source griffé EMC
Et puisqu’il s’agit de proposer des solutions ouvertes, EMC annonce qu’il va proposer une version open source de ViPR, son logiciel de Software Defined Storage, permettant de virtualiser les ressources matérielles de stockage pour les considérer comme un pool unique. Bien entendu, cela permet d’automatiser le stockage via des règles, de provisionner simplement du stockage, et d’évoluer aussi vers un datacenter defined software (DCDS).
Baptisée CoprHD (prononcer Copperhead comme le serpent… venimeux…), le projet open source sous licence Mozilla Public License 2.0 (MPL 2.0)sera disponible sous GitHub. Dès juin prochain partenaires, clients ou membre de la communauté open source pourront contribuer au développement des connecteurs ou de fonctions évoluées du contrôleur.

Première intéressante, dans un domaine innovant
« Certes, il s’agit du premier projet open source EMC. Néanmoins, EMC est déjà bien initié en la matière, avec Cloud Foundry, et ses participations actives dans openstack, MongoDB, Chef, Docker…» a rappelé Randy Brias, directeur adjoint Emerging technologies chez EMC (et cofondateur et ex-CEO de cloudscaling, rachetée en octobre dernier par EMC). «La puissance du modèle open source favorisant la collaboration et le développement par des communautés assurera le succès du Software Defined Network.» Et réduira évidemment les coûts pour EMC, tout en augmentant le nombre des connecteurs vers des solutions tierces.
Entièrement basées sur les développements de la communauté, les évolutions de CoprHD seront répercutées dans ViPR, qui bénéficiera lui du support payant.
Petite précision : seul le contrôleur ViPR est concerné. L’opération ne comprend pas ViPR SRM, l’interface logicielle qui permet de gérer l’environnement de stockage virtualisé : visualisation des dépendances et relations entre physique et virtuel, analyses des configurations, optimisation des capacités…
SAP, Intel ou encore Verizon ont publiquement annoncé leur soutien envers CoprHD. Le marché sera-t-il contaminé par le venin bienfaisant de ce crotale?


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur