ERP : Sage X3 monte dans le Cloud… mais aux Etats-Unis

ERPLogiciels

En France, la nouvelle version de l’ERP X3 de Sage ne sera pas proposée pour l’instant en mode Saas par l’éditeur. Les attentes des DSI français se concentrent avant tout sur le mode hybride, la BI et la mobilité, assure l’éditeur.

A l’occasion du salon ERP, qui se tenait la semaine dernière à Paris-La-Défense, Sage dévoilait en France la version 7 de son ERP X3, conçu pour les moyennes entreprises (et fruit du rachat de l’éditeur français Adonix au milieu des années 2000). Quelques mois après l’annonce mondiale de cette nouvelle version, marquée par une évolution de la plate-forme technologique de l’ERP, désormais adaptée au Cloud et facilitant des approches hybrides.

Une ouverture au Cloud certes, mais pas encore un mode Saas pur et simple. Si, en septembre, l’éditeur anglais a bien dévoilé une version en ligne de X3, celle-ci sera réservée dans un premier temps aux Etats-Unis. Avec un déploiement prévu en 2015. « Aux Etats-Unis, les éditeurs sont soumis à une certaine pression pour proposer leurs solutions en mode Saas, explique Isabelle Saint-Martin, chef de marché ERP au sein de la division mid-market de Sage en Europe (en photo). Mais, de ce côté-ci de l’Atlantique, la demande pour des solutions 100 % Saas est balbutiante. Les moyennes entreprises préfèrent les approches hybrides leur permettant de tirer plus de valeur de leurs investissements sur site ». Sage n’a donné aucune date pour le lancement de X3 en mode Saas dans l’Hexagone.

Apps nativement intégrées

Pour la majorité des moyennes entreprises aujourd’hui équipées en ERP (80 % dans l’industrie, 60 % dans le service par exemple), la priorité n’est pas de basculer leurs solutions dans le nuage. Mais plutôt d’offrir des solutions mobiles à leurs collaborateurs et de renforcer leurs outils de pilotage, selon Isabelle Saint-Martin. La v7 de X3 propose ainsi une interface HTML5 et elle est livrée avec un certain nombre d’applications mobiles prêtes à l’emploi (saisie de notes de frais, consultation de stocks ou de comptes clients…). Un studio de développement permet aussi la personnalisation de l’expérience utilisateur et le développement d’apps « nativement intégrées à x3 », assure Isabelle Saint-Martin. Côté BI, l’ERP embarque les outils maison (Enterprise Intelligence) permettant d’effectuer des requêtes ad hoc et de réaliser des tableaux de bord. Avec un fonctionnement « soit en temps réel sur la base de production, si les performances ne s’en ressentent pas trop, soit via des cubes OLAP ». Enfin, X3 v7 est désormais accessible sur tous les navigateurs Web et propose un outil de recherche intuitif, à la mode Google, assure l’éditeur.

Sage affirme compter environ 1 500 clients de X3 dans l’Hexagone. Pour favoriser les montées de version, « nous avons porté nos efforts, depuis l’annonce en mai, sur la montée en compétences de nos partenaires », explique Isabelle Saint-Martin. Aujourd’hui, près de 120 consultants seraient formés à cette version.

A lire aussi :
Emploi : les recrutements repartent dans les ERP, le Big Data et le Cloud
ERP : Microsoft Dynamics AX passe sur Azure
ERP dans le Cloud : Oracle y croit (mais se sent encore un peu seul)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur