Firefox 3, le point avec Tristan Nitot, président de Mozilla Europe

Tristan Nitot [1], le fondateur et président de l’association Mozilla Europe est revenu avec nous sur les avancées du prochain Firefox 3, mais aussi sur les évolutions techniques de la plate-forme et les futurs projets de la fondation Mozilla.

Abordons tout d’abord le processus de sortie de Firefox 3. « Nous sommes fiers de notre produit, mais Firefox 3 ne sortira pas tant que le niveau de qualité requis ne sera pas atteint », déclare Tristan Nitot. Le ton est donné : il y aura autant de Release Candidates (RC) que nécessaire avant la sortie de la version définitive de ce nouveau navigateur Internet.

Aujourd’hui, la RC2 a été annoncée pour Windows, Mac OS X et Linux, la sortie de la version définitive étant toujours prévue pour « courant juin, sauf surprise de dernière minute ». Notez que plus de 1,5 million de personnes ont testé la RC1 (en plus de l’équipe de développement de Firefox).

Les cinq nouvelles fonctionnalités marquantes de Firefox 3

tristanfirefoxcouleurcopie.jpg

Firefox 3 apporte une foule de nouvelles fonctionnalités. Nous avons demandé à notre interlocuteur lesquelles lui semblent les plus importantes. Selon Tristan Nitot, la nouveauté la plus marquante est sans conteste la barre d’adresse intelligente. Saisissez un mot clé, et Firefox trouvera les liens les plus pertinents, dans vos marque-pages ou l’historique du navigateur.

La gestion des marque-pages progresse de façon intéressante : recherches, étiquettes, sauvegardes (automatiques !) et restauration sont autant de nouveautés qui faciliteront la vie de l’utilisateur. Le gestionnaire de téléchargements est également amélioré, avec le suivi des transferts visible depuis la barre d’état, et de nombreuses autres petites retouches.

L’outil de gestion des modules complémentaires est entièrement refondu : il affiche maintenant un catalogue des modules disponibles et permet de gérer extensions, thèmes, langues et greffons.

Autre avancée majeure, un simple clic sur l’icône d’un site affiche les options de sécurité de la page : chiffrement et certificat. Si le site (Paypal [2] est un bon exemple), utilise un certificat étendu (Extended Validation SSL ou EV SSL), vous serez certain qu’il appartient bien à la société voulue. L’arme ultime contre le phishing (ou hameçonnage) !

Un clic de plus et l’utilisateur est propulsé sur un panneau regroupant les informations liées à la page en cours de visualisation. Il renseigne l’utilisateur sur le contenu de la page, la présence éventuelle de flux RSS, les cookies, les mots de passe associés, le nombre de fois où le site web a été visité, etc. Une mine d’informations utiles.

Un moteur adapté au web 2.0

Derrière Firefox 3 se cache le moteur Gecko 1.9, lequel intègre près de 14.000 modifications. Un travail titanesque qui aura nécessité trois ans d’efforts.

En terme de performances, Gecko 1.9 laisse la concurrence sur place. Tristan Nitot nous renvoie ainsi au test effectué par nos confrères de ZDNet [3], à partir du benchmark JavaScript SunSpider [4]. Si Firefox 2 obtient des résultats corrects, Firefox 3 dépasse à la fois Opera (assez largement) et Safari. Vous remarquerez également que les performances se sont améliorées au fil des versions de test du navigateur.

Dans la pratique, cette accélération sera plus que bienvenue pour les applications web 2.0, tel Gmail [5]. Mais alors, Firefox 3 devient-il un concurrent des solutions de création d’applications Internet riches (RIA) comme Flex, Flash ou SilverLight ? Tristan Nitot répond par l’affirmative : « tout à fait. Firefox, en tant que plate-forme, doit accompagner, et même anticiper, les évolutions des usages du net. Il est donc essentiel de s’adapter aux nouvelles applications, telles celles proposées par Google. »

Il nous confie aussi que Mozilla compte aller toujours plus loin dans ce domaine : « les canevas et le SVG permettent aujourd’hui de créer des animations complexes. Les futures versions de Firefox ajouteront à ceci des balises audio et vidéo, voire des canevas 3D utilisant l’OpenGL. »

Les problèmes de consommation mémoire de Firefox sont maintenant du domaine du passé. Ce lien [6] montre combien Firefox 3 a su progresser face à la concurrence (et combien Firefox 2 n’était pas si mal placé que cela dans ce domaine). Le test consiste à ouvrir trente onglets simultanément, à en fermer un, puis à en ouvrir un autre vers une nouvelle page (et ainsi de suite). Enfin, tous les onglets – sauf un – sont fermés.

Le test est effectué sur un total de 319 sites. Le résultat est sans appel : Firefox 3 consomme moins de ressources que Firefox 2 ou Internet Explorer 7. À la fin du test, Firefox 3 restitue une large partie de la mémoire utilisée, contrairement à Firefox 2, plus timide dans ce domaine, et Internet Explorer 7 (qui ne restitue pas un seul mégaoctet).

Des extensions à foison

Les modules complémentaires permettent d’ajouter de nouvelles fonctions au navigateur. Tous les modules devront être validés pour un bon fonctionnement sous Firefox 3. L’équipe qui gère le site addons.mozilla.org (AMO) a été très stricte sur ce sujet. Ainsi, seuls les tests effectués sur les versions RC de Firefox 3 permettent de valider le fonctionnement d’une extension pour la mouture finale du navigateur.

Aujourd’hui plus de 60% des extensions sont d’ores et déjà validées pour Firefox 3 [7], un certain nombre devant encore être adapté [8].

[3] http://blogs.zdnet.com/hardware/?page_id=1884

[4] http://webkit.org/perf/sunspider-0.9/sunspider.html

[5] http://standblog.org/blog/post/2008/05/29/How-Firefox-3-performance-boost-makes-a-difference-in-the-real-world

[6] http://standblog.org/blog/post/2008/03/12/Follow-up-on-Pavlovs-post-on-memory-usage

[7] http://people.mozilla.com/~polvi/threedom/status-bars.html

[8] http://alex.polvi.net/2008/05/22/state-of-the-add-ons-report-may-22nd/

Et les développeurs ?

De nombreux développeurs utilisent la plate-forme XULRunner pour créer des applications tierces (on pourrait citer Amazon, Peugeot, etc.). L’avenir de cette plate-forme a été plusieurs fois remis en question. Pour Tristan Nitot, « XULRunner est avant tout une plate-forme à usage interne. En faire un module indépendant est risqué, car il sera plus difficile à maintenir si nous devons nous assurer que des applications tierces puissent continuer à fonctionner. Aussi nous conseillons aux programmeurs d’utiliser des technologies web pour leur développement, plutôt que XULRunner. »

Il glisse toutefois que « la technologie XUL pourrait faire son retourviales plates-formes mobiles ».

Concernant l’utilisation du moteur Gecko au sein d’applications tierces, la fondation se veut rassurante. Gecko, en intégrant des librairies de rendu HTML, un moteur JavaScript et des fonctions liées au réseau, à la mise en cache des données, à la sécurité (etc.) est fatalement plus lourd que le WebKit, centré uniquement sur le rendu des pages web.

Son utilisation à partir d’autres langages de programmation est donc assez complexe. Les développeurs de Mozilla souhaitent cependant rendre Gecko plus accessible. Il sera ainsi prochainement possible de l’utiliser à partir de programmes écrits en Python, ce qui constitue une première étape.

Un modèle économique qui marche

Il y a seulement quatre ans, la fondation Mozilla comptait huit employés. Aujourd’hui elle emploie près de 160 personnes. Ce succès est lié au modèle économique particulièrement astucieux de la fondation.

Divers programmes d’affiliation ont ainsi été signés avec les fournisseurs de moteurs de recherche. Lorsque vous effectuez une recherche à partir de la page de garde Mozilla / Google, cela génère un revenu pour la fondation. Il en va de même lorsque vous utilisez la barre de recherche de Firefox. La boutique Mozilla [9] et les dons sont des sources de revenus complémentaires.

Tristan Nitot nous confie toutefois que la principale source de financement de Firefox est liée à son partenariat avec le moteur de recherche Google.

[9] http://intlstore.mozilla.org/

Firefox 3, top départ

Le site Spread Firefox [10] décompte environ 560 millions de téléchargements du navigateur (ce chiffre comprend les versions bêta, mais exclut la plupart des versions Linux). La fondation estime que plus de 175 millions de personnes utilisent Firefox aujourd’hui.

Les utilisateurs ne seront aucunement forcés de passer à Firefox 3. Tristan Nitot souligne toutefois qu’aucune version de maintenance mineure de Firefox 2 (les fameuses 2.0.0.x) ne sortira après les six premiers mois de vie de Firefox 3, soit vers la fin de l’année. La fondation souhaite ainsi se concentrer sur la version présente et les développements futurs de son navigateur Internet.

Notez qu’une initiative amusante sera lancée pour le lancement de Firefox 3. Le jour de sa mise en ligne, la fondation tentera de remporter le prix Guinness du ‘logiciel le plus téléchargé au monde en 24 heures’. Vous pouvez vous engager à installer Firefox 3 lors du premier jour de sa sortie (le Download Day, vous apprécierez l’humour des initiales) sur une page dédiée du site Spread Firefox [11]. Reste que sans date de sortie officielle, il est bien difficile de s’organiser.

Et après ?

Nous avons interrogé Tristan Nitot sur les futurs chantiers de la fondation Mozilla. Excellente nouvelle, le développement de Thunderbird 3 est la priorité numéro 1. En seconde position nous retrouvons la version mobile de Firefox, qui promet de révolutionner l’accès Internet à partir des téléphones cellulaires (et PDA).

Le troisième et dernier projet majeur est Weave [12 et 13]. Avec cette technologie un utilisateur pourra synchroniser son profil (marque-pages, historique, préférences, etc.) entre diverses versions de Firefox (celle installée au bureau et celle installée à la maison, par exemple). Cette possibilité sera même étendue aux modules complémentaires du navigateur ! Mieux, Weave fonctionnera également avec la version mobile de Firefox.

Nous remercions Tristan Nitot pour ses nombreux liens (et pour sa gentillesse)

[10] http://www.spreadfirefox.com/

[11] http://www.spreadfirefox.com/fr/worldrecord

[12] http://labs.mozilla.com/2007/12/introducing-weave/

[13] http://labs.mozilla.com/2008/03/performance-and-stability-update-to-weave-prototype/