HP assemble ALM 11.0 pour optimiser le cycle de vie des applications

Réseaux

Retour sur HP ALM 11 qui fédère HP Quality Center, HP Performance Center 11.0 ou encore HP Agile Accelerator 4.0… Ou comment optimiser la fourniture des applications et des services

Après le lancement de BSM 9 en juin 2010 et l’exposé de sa vision intégrée “infrastructure-applications-automatisation” (cf. article : ‘BSM 9 ou l’intégration Infrastructure, Applications, Automatisation‘), HP continue de fédérer diverses applications issues de ses multiples acquisitions (Peregrine, Opsware, Mercury, ou encore, pour la partie sécurité, ArcSight et Fortify… Cf. article ‘HP se réconforte avec le rachat de Fortify‘) ) et développe ainsi son expertise dans le “delivery” des applications au sein des grands comptes.

ALM 11.0 pour Application Lifecycle Management, constitue, selon HP France, le “premier système unifié de l’industrie pour la gestion du cycle de vie des applications -et leur modernisation“.

Il s’agit d’intégrer l’infrastructure, les applications avec des process d’automatisation via des ‘workflows’ avec information ou validation des participants : de l’analyste métier au programmeur en passant par le chef de projet… (cf. schéma et article sur SiliconDSI: ‘HP Software Universe: ALM 11, une fondation pour fiabiliser les développements‘).

Cette plate-forme fait partie des solutions HP Application Transformation, qui doivent permettre d’évoluer vers un modèle « Instant-On Entreprise” . Elle s’intègre aux outils de développement les plus utilisés. Elle repose notamment sur les récents développements de:
-HP Quality Center
-HP Performance Center 11.0
-HP Agile Accelerator 4.0 (avec les méthodologies de cycle en V, notamment),
-HP Unified Functional Testing 11.0, qui combine HP Functional Test 11.0 et HP Service Test 11.
-HP Sprinter pour la préparation des données ou les essais répétés dans différents environnements;

-HP ALM 11 Project Planning and Tracking pour définir les caractéristiques  d’une version  et de gérer les différentes étapes via un processus basé sur des indicateurs temps réel
-HP TruClient, un composant de HP LoadRunner 11.0, qui teste les performances des applications sans créer de scripts.

S’y ajoutent HP TRIM qui permet un archivage intelligent automatisé, prend en charge le stockage. Et Executive Scorecard qui facilite l’analyse.

AP ALM 11 fondation
HP ALM 11: composants

Moderniser en assurant le suivi de toutes les étapes
Ainsi, ALM 11 est agencé pour “moderniser les applications en couvrant toutes les étapes de l’expression des besoins jusqu’à la gestion de la qualité et des performances, de la naissance de l’application jusqu’à sa dernière version et même sa disparition.»
Il s’agit de “parvenir à une meilleure collaboration entre développeurs, équipes d’assurance qualité, analystes métiers et équipes sécurité, grâce à l’intégration préétablie de cette plate-forme HP ALM 11.0 dans les environnements de développement intégrés (IDE).’ (…) “Assurant un suivi des applications, elle automatise, simplifie, accélère et sécurise la fourniture des applications et des services“.

La plate-forme se veut ouverte. Elle fédère des environnements hétérogènes, les environnements de développement intégrés (IDE) – donc, vraisemblablement, ceux de BMC Software, CA, IBM…  HP souligne que ce ‘package’ est “évolutif et totalement indépendant des plates-formes“.
L’enjeu, c’est “fédèrer et automatiser les activités critiques de modernisation des applications”  – depuis la gestion des besoins métiers jusqu’à  la qualité, les performances et la livraison de la nouvelle version logicielle.
Pour les DSI, il s’agit de “reprendre le contrôle de processus complexes et de supporter la transformation de leur portefeuille applicatif“, conclut HP.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur