HP dévoile sa gamme de serveurs low cost Cloudline

CloudDatacentersDSILogicielsOpen SourceProjetsServeurs

HP a présenté sa gamme de serveurs Cloudline. Fruit de la joint-venture avec Foxconn, ces machines sont basées sur les spécifications de l’Open Compute Project initié par Facebook.

Au mois d’avril dernier, HP avait annoncé la création d’une co-entreprise avec Foxconn dédiée à la production de serveurs optimisés pour adresser le marché des fournisseurs de services notamment de Cloud. A l’époque, Le constructeur américain mettait en avant l’évolutivité de sa future offre, son faible coût de possession (TCO) combinés aux services et support habituels.

Aujourd’hui, HP a dévoilé le fruit de cette co-entreprise avec les serveurs d’entrée de gamme Cloudline. Cette annonce a été faite à l’Open Compute Project (OCP) Summit qui se déroule à San José en Californie. Car ces serveurs reposent sur les standards et les spécifications de l’OCP fondé en 2012 par Facebook. L’idée derrière ce programme est de créer des serveurs, des cartes mères, des racks et même des composants réseaux (via l’Open Networking Foundation créée en 2011) optimisés pour les datacenters. Le projet impose différents design et spécifications ouverts pour être homologué par l’OCP. Les serveurs Cloudline peuvent maintenant s’en prévaloir pour être interopérables avec d’autres équipements OCP.

Concrètement, il faudra compter sur 3 familles de serveurs. La porte d’entrée se fera avec le CL1100 serveur 1U équipé de deux sockets idéal pour l’hébergement web. Ensuite, il y a le CL 2100 et 2200 avec la même configuration mais comprenant plus de mémoire et de capacité de stockage. Enfin, le haut du panier s’articule autour du CL7100 et 7300 qui sont destinés à des déploiements en rack avec un ou deux sockets. Ils seront tous équipés de processeurs Xeon E5 v3 d’Intel. HP précise que les serveurs seront disponibles en commande à partir du 30 mars prochain.

HP CL7100

Des tarifs abordables et une orientation Open Source

L’autre argument de cette gamme de serveur, c’est bien évidemment le prix. Même si aucun chiffre n’a été donné lors de la conférence, HP explique que les serveurs Cloudline seront moins chers que les systèmes Proliant dotés d’une technologie propriétaire. A niveau de références égales, les prix des produits Cloudline devraient être 10% moins cher que les Proliant. Mais selon les configurations, cette réduction peut monter jusqu’à 25%. John Gromala, responsable des produits hyperscale chez HP a précisé néanmoins que dans certains cas avec des fonctionnalités réseaux et stockage personnalisées, les serveurs Cloudline pouvaient être plus onéreux que les Proliant. Les deux gammes ne se cannibaliseront pas promet le responsable. « Cloudline ne sera pas déployé pour des applications critiques qui ont besoin de redondance hardware et software. »

Cette ligne de produits vient compléter le portefeuille serveurs de HP qui vont des offres traditionnelles (Proliant) à des systèmes plus orientés workload comme les Moonshot et CloudSystem (offre hyperconvergée). Dans le cadre de Cloudline, les serveurs sont conçus prioritairement pour le déploiement de logiciel Open Source comme la plateforme Cloud OpenStack. HP en profite pour pousser sa propre distribution Helion OpenStack. De même, HP va pouvoir pousser Cloudline en marque blanche auprès d’autres fournisseurs de serveurs comme Quanta ou Inventec qui construisent des machines pour Facebook, Google ou Amazon.

A lire aussi :

Marché des serveurs : HP domine, Lenovo bondit et IBM s’effondre
HP renforce sa gamme de solutions managées de cloud privé Helion


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur