Intel part à l’assaut du marché des villes intelligentes

Big DataCloudDatacenters

Internet des Objets, Cloud Hadoop, analytique Big Data et Open Data sont au cœur du projet de ville intelligente mené par Intel et la ville de San Jose.

Le géant des semi-conducteurs Intel vient de lancer un programme pilote de ville intelligente (Smart City). La firme n’a pas choisi son siège de Santa Clara, mais la ville de San José, 3e de Californie avec plus d’un million d’habitants.

C’est la première initiative dans ce domaine menée par Intel aux États-Unis (la firme dispose déjà d’un programme de Smart City en Irlande). Elle fait directement suite au Smart America Challenge lancé par le gouvernement américain en fin d’année 2013.

San José, ville intelligente… et green ?

Intel et la ville de San José ont pour objectif d’utiliser la technologie afin de réduire les problèmes de pollution et de transport. Des capteurs permettront en effet de faire remonter des informations en temps réel, et d’automatiser le fonctionnement de la ville : optimisation du trafic, gestion des places de parking, envoi d’alertes en cas de pics de pollution, etc.

« Pour aider à améliorer la qualité de vie à San José, nous explorons de nouvelles façons de capturer et partager des informations localisées vers nos résidents », explique Kerrie Romanow, directeur du département des services environnementaux de la ville de San José.

« Avec une meilleure information, nous avons tendance à prendre de meilleures décisions. Nous sommes optimistes sur le fait que disposer de données de qualité de l’air en temps réel aidera notre personnel à prendre des décisions pour améliorer l’environnement, ici à San José, ainsi qu’au niveau régional et mondial. »

Les technologies d’Intel au rendez-vous

Intel a fait la démonstration d’une plate-forme permettant de gérer et d’exploiter les informations remontées par des capteurs. Une plate-forme qui exploite au maximum le portfolio de produits de la firme américaine.

La société emploie une passerelle s’appuyant sur un SoC Quark et utilisant une plate-forme logicielle signée Wind River (filiale d’Intel). Les données sont sécurisées par les outils de McAfee (autre filiale d’Intel). Elles sont ensuite transmises vers un cluster Hadoop (utilisant l’offre d’Intel), composé de serveurs (à base de processeurs Intel, cela va sans dire). Il n’y a finalement guère que dans le secteur des capteurs que la firme n’utilise pas ses technologies.

Certaines informations pourront par la suite être partagées auprès de la population. Les développeurs pourront les exploiter au sein d’applications dédiées.

La suprématie d’IBM contestée

Internet des Objets, Cloud, Big Data et Open Data sont donc au cœur de ce dispositif. La firme de Santa Clara vient ainsi directement concurrencer IBM sur l’un de ses terrains de jeux favoris.

Rappelons en effet que les Smart Cities sont l’une des spécialités de Big Blue. Voir à ce propos notre article « IBM : 5 prédictions pour les 5 années à venir », dont l’une des thématiques était l’émergence des villes intelligentes. D’autres sociétés américaines, comme Cisco, œuvrent également dans le secteur des Smart Cities.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – La high-tech dans les transports


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur