Jean-François Bureau (Eutelsat) : « Le satellite occupe une place essentielle dans l’évolution du vrai haut débit »

Réseaux
Jean-François-Bureau_DR-Thierry-Ozil-Eutelsat

Après avoir participé à la table ronde sur l’aménagement numérique du territoire, présidée par Fleur Pellerin et Cécile Duflot, Eutelsat s’exprime sur les opportunités offertes par le satellite en matière d’accès Internet à très haut débit.

Après avoir participé à la table ronde sur l’aménagement numérique du territoire, présidée par Fleur Pellerin et Cécile Duflot, Jean-François Bureau, directeur des Affaires institutionnelles et internationales d’Eutelsat, s’exprime sur les opportunités offertes par le satellite en matière d’accès Internet à très haut débit.

Jean-François Bureau DR Thierry Ozil-EutelsatSilicon.fr – Vous étiez le seul opérateur satellite invité par le gouvernement pour la table ronde sur le très haut débit. Votre mode de transmission souffrirait-il d’un déficit de notoriété, y compris auprès des pouvoirs publics ?

Jean-François Bureau – Le fait que nous ayons été invités témoigne du fait que le satellite occupe une place essentielle dans l’évolution du vrai haut débit. Mais cela ne nous empêche pas de mener de façon continuelle un travail de sensibilisation des pouvoirs publics aux atouts de cette technologie, qui bénéficie d’une notoriété très importante dans le domaine de la télédiffusion, mais dont le rôle comme composante indispensable de l’accès à Internet, avec des performances comparables à celles du haut débit terrestre, doit être mieux connu.

Dans un communiqué, vous parlez de « vrai haut débit pour tous ». Estimez-vous que l’ADSL ou la fibre optique ne seront jamais en mesure de couvrir tout le territoire ? 

Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique, a clairement exprimé qu’à ses yeux, la situation actuelle au regard du haut débit en France n’était pas satisfaisante : elle a posé un objectif d’au moins 6 Mb/s comme étant celui du « vrai haut débit ». Notre satellite KA-SAT répond à cet objectif en offrant dès aujourd’hui des débits de 18 Mb/s  (et 6 Mb/s en débit montant) en tout lieu et sans investissement.

Face à  l’ADSL dont le débit est limité par la distance au réseau et à la fibre dont le déploiement se fait à un coût élevé en zone peu dense, KA-SAT constitue une option incontournable et immédiatement accessible pour nombre d’utilisateurs en zones blanches ou grises qui accèdent à Internet avec des débits insuffisants.

Votre satellite KA-SAT fournit des débits comparables à l’ADSL (18 Mb/s) mais serez-vous un jour en mesure de proposer des débits comparables à la fibre optique ? 

Le satellite est une technologie évolutive et KA-SAT est aujourd’hui 40 fois plus puissant que les satellites en bande Ku de la génération précédente. Des évolutions technologiques sont encore possibles. L’objectif du Très Haut Débit de l’Agenda numérique européen est de 30 Mb/s pour tous en 2020. Personne n’aurait cru que nous pourrions garantir 18 Mb/s à des prix grand public et il n’y a aucune raison de croire que cela constitue une barre infranchissable.

Les opérateurs qui commercialisent l’accès à KA-SAT ne parlent que d’illimité dans le temps. À l’instar des pratiques dans l’ADSL ou la Fibre, pensez-vous pouvoir un jour proposer un véritable accès Internet illimité… en matière de volumes ? 

Comme  les réseaux mobiles, mais avec beaucoup plus de volume disponible, le satellite partage le plus équitablement possible la capacité radio entre ses utilisateurs.

Nous proposons aujourd’hui une gamme de services qui porte les volumes de données jusqu’à 50 Go par mois. 50 Go, c’est déjà avoir la possibilité de profiter de tout ce qu’offre Internet : e-mails, surf, transfert de photos et téléchargement de films et de musique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur