Pour Cyanogen, Samsung va se faire massacrer par la concurrence

MobilitéOS mobilesSmartphones

La démocratisation des smartphones 4G de grande taille par de nouveaux acteurs pourrait faire tomber Samsung de sa première place… et même menacer Apple.

Interrogé par Business Insider, le patron de Cyanogen, Kirt McMaster, n’y va pas par quatre chemins : « les grands équipementiers comme Samsung vont devenir les prochains Nokia au cours des cinq prochaines années. Ils vont se faire massacrer. Nous pensons qu’à long terme, Apple lui-même aura des problèmes parce qu’il n’est tout simplement pas un bon concurrent sur l’entrée de gamme. »

Le CEO de Cyanogen reprend les avancées réalisées au cours des dernières années : basculer des feature phones aux smartphones ; imposer les boutiques applicatives ; proposer de nouveaux formats.

Selon lui, la prochaine rupture sera la démocratisation des terminaux mobiles de haut de gamme, proposant des écrans de grande taille et de la 4G. Une ‘PCification’ du marché, qui fera la place belle aux OEM et aux marques émergentes, comme Xiaomi, qui a réussi une remarquable percée en Chine au cours de l’année 2014. Autre acteur à surveiller, Micromax, aujourd’hui 10e constructeur mondial de terminaux mobiles.

Le plus dur sera la chute…

Et la chute des leaders actuels pourrait être très rapide : « la situation pourrait empirer sacrément rapidement. C’est souvent le cas. Regardez ce qui est arrivé à RIM. Regardez ce qui est arrivé à Nokia. L’été dernier, Micromax a dépassé Samsung sur le marché indien des feature phones. Cela s’est produit en seulement huit mois. »

Autre exemple que Kirt McMaster ne cite pas, celui de Xiaomi, qui a pris la tête du colossal marché chinois en seulement quelques mois, doublant ainsi Samsung. Mais aussi Samsung lui-même, qui s’est imposé très rapidement en tant que leader du marché des smartphones il y a de cela quelques années.

D’autres acteurs locaux sont en train de monter en puissance, comme Blu Products en Amérique Latine et Cherry Mobile dans les Philippines, explique le patron de Cyanogen.

Fin des surcouches et décollage des alternatives ?

L’arrivée de nouveaux acteurs et la chute des leaders actuels pourraient s’accompagner de changements sur le front d’Android. Les surcouches pourraient devenir moins courantes. Tout d’abord pour répondre aux récriminations d’un nombre croissant d’utilisateurs, mais également pour alléger les smartphones, et la R&D.

Kirt McMaster parie également sur la montée de CyanogenMod, un OS épuré et optimisé, qui se veut une alternative de choix à la version classique d’Android, en particulier sur les terminaux mobiles low cost, moins puissants que les machines de haut de gamme.

La société se dit en mesure d’intégrer des applications tierces dans les couches basses de l’OS, à la place de celles de Google, omniprésentes sur les smartphones Android. Un point contesté par certains grands acteurs, comme le Chinois Yandex (voir à ce propos notre article « Android : Yandex porte plainte contre Google »).

À lire aussi :
Ventes de smartphones 2014 : Android et iOS maîtres du monde
L’Oppo N1 CyanogenMod Limited Edition arrive en Europe
Android : Microsoft s’attaque à Kyocera

Crédit photo : © Laurent Hamels – Fotolia.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur