Le chiffre des opérateurs baisse au 4e trimestre 2011 en France

MobilitéOperateursRéseaux

Victimes d’une hausse de la TVA supportée en interne, mais aussi d’une consommation ralentie des abonnés, le chiffre d’affaires des opérateurs baisse fin 2011. Et risque de se confirmer en 2012.

Il fallait s’y attendre. Le chiffre d’affaires des opérateurs télécoms a baissé au 4e trimestre, rapporte l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) dans le cade de son Observatoire des marchés qui propose une vue globale du secteur sans entrer dans le détail des résultats de chaque opérateur. A 13,2 milliards d’euros, le secteur perd 3,2 % par rapport au 4e trimestre 2011. Une baisse largement imputable au marché de détail qui, à 11,1 milliards, chute de 3 % sur l’année.

Ce marché est particulièrement pénalisé par les revenus mobiles en recul de 5,3 % à 4,7 milliards. Moins inquiétant, l’activité du fixe baisse de 1,7 % à 4 milliards. Des tendances que l’Arcep explique essentiellement par « la modification du régime de la TVA (les opérateurs ayant, en partie, gardé à leur charge, cette augmentation de la fiscalité) par une croissance des volumes et par une baisse tendancielle des prix ». Ainsi, les revenus moyens mensuels par abonné fixe et mobile reculent respectivement de 1,5 % (36,6 euros hors taxe) et 9,8 % (24,1 euros HT). On consomme visiblement moins. Pour quelle raison ? La conjoncture ?

Les appels depuis les box en hausse de 12 %

Pourtant, les usages sont en hausse, du moins pour certains secteurs. Un paradoxe que le régulateur avait déjà noté en début d’année mais qui tendrait à se tasser fin 2011. Ainsi, les appels depuis les box affichent une hausse de 12,5 % à 19,8 milliards de minutes consommées, toujours d’une année sur l’autre. Une hausse qui peine néanmoins à compenser la baisse des communications RTC (hors box) de 18 % à 9,5 milliards de minutes. Au final, le secteur de la téléphonie fixe reste stable (-0,1 %) avec 29,5 milliards de minutes consommées sur le trimestre.

Notons que désormais 86 % des appels vers l’international s’effectuent depuis les box. Et pour cause, la plupart des opérateurs intègrent le coût des communications dans les forfaits. Dans ces conditions, pourquoi continuer à payer, chers, des appels vers l’étranger ou les territoires d’outre-mer ? Mais c’est autant de valeur qui échappe aux opérateurs.

Le SMS champion toute catégorie

Pour sa part, le temps passé au bout du téléphone mobile est en très légère augmentation (+0,3 %) avec près de 27 milliards de minutes consommées. Avec la hausse de 20,7 % des forfaits 3G, on téléphone peut-être moins au profit des communications par Internet (chat, e-mail, réseaux sociaux…). Il n’y a guère que le SMS qui continue sa croissance exponentielle. En un an, le nombre de messages courts envoyés a grossi de 30 %. On en produit désormais 222 par personne chaque mois.

Il est à craindre que la baisse des revenus se poursuive. Car si ces chiffres prennent en compte les premières offres low cost des opérateurs mobiles, ils ne couvrent pas l’arrivée de Free Mobile sur le marché. Or, celle-ci a stimulé la concurrence (à défaut de la qualité) et poussé les opérateurs à revoir les prix de leurs offres à la baisse. L’horizon risque donc de s’assombrir pour les opérateurs en 2012, comme le craint l’analyste Michael Dunning de FitchRatings. Au moins jusqu’au lancement des premières offres 4G qui pourraient leur permettre de tirer, de nouveau, de la valeur à du réseau.

crédit photo © Oleksandr – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur