Le Google Nexus One d'ores et déjà disponible en France

Réseaux

Alors que SFR doit lancer le terminal de Google dans le courant du mois, les portails spécialisés proposent déjà le Nexus One à la vente. Mais à des tarifs élevés.

Présenté début janvier par Google, la disponibilité du Nexus One est attendu dans le courant du mois de février chez SFR dans un premier temps. Rappelons que celui-ci est exclusivement vendu en ligne sur la plate-forme du moteur de recherche et réservé aux marchés actuellement couverts par l’accord de distribution, à savoir les Etats-Unis, le Royaume-Uni et Singapour et Hong Kong. Mais les impatients peuvent déjà se procurer le smartphone de Google.

En effet, nombre de marchands en ligne flairent la bonne affaire et proposent le précieux terminal dans leur catalogue. Ainsi PhoneAndPhone.com le propose depuis le 28 janvier dernier. Le portail spécialisé dans la vente en ligne de téléphone mobile renouvelle ainsi l’opération réalisée en son temps sur l’iPhone en profitant de la fenêtre commerciale ouverte par l’exclusivité de distribution accordé à Orange en son temps.

PhoneAndPhone n’est pas seul, loin de là. A commencer par Meilleurmobile.com qui propose également le Nexus One à la vente, avec ou sans abonnement lié. Notons également les offres de sites plus «exotiques» comme Invasion-Labs ou Geek-Trend. Mais l’impatience se paye fort cher. Comptez au bas mot un minimum de 599 euros le Nexus One nu ou à partir de 179 euros, si la vente du terminal est associé à un abonnement (avec engagement de deux ans, généralement).

Il reste aussi la possibilité (tordue) de l’acheter

directement

auprès de Google en passant par un service intermédiaire de location d’adresse postale américaine (comme MyUS.com ou MyUSABox.com) contre une petite contribution (5 dollars environ). Il faudra également que l’utilisateur trouve un moyen de masquer sa véritable adresse IP afin que Google ne puisse pas la filtrer en fonction de sa région d’origine. Autrement dit, la maîtrise de l’anglais autant qu’un minimum de connaissance sur le fonctionnement du web pour «usurper» l’adresse IP sont nécessaires à l’opération. Mais à 529 dollars le téléphone facturé par Google, sans compter les frais annexes (frais de service, d’envoi, déclaration TVA, risque de pertes…), et les éventuels problèmes de compatibilité (clavier Qwerty, format des prises électrique…), le jeu n’en vaut probablement pas la chandelle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur