Les abonnements Internet se tassent en France

Réseaux

Les abonnements Internet haut et très haut débit frôle les 21 millions de lignes. Le dégroupage total continue de séduire.

Au 30 septembre 2010, la France comptait près de 21,4 millions d’abonnés à Internet, selon les derniers chiffres de l’Observatoire des marchés de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Si le secteur confirme sa progression, avec une hausse annuelle de près de 7 %, il tend néanmoins à se tasser. En 2010, 1,6 millions de nouveaux comptes ont ainsi été créé sur les 3 premiers trimestres contre 2 millions sur la même période en 2009, souligne le régulateur.

Les accès xDSL constituent l’essentiel des abonnements (19,5 millions, en hausse de 7,5 %) contre moins d’un million pour les autres solutions (câble principalement). La progression annuelle de 8 % du secteur est trompeuse. Le nombre d’abonnés chute depuis de début de l’année passant de 989.000 au premier trimestre à 962.000 au troisième. Probablement au profit des offres très haut débit dont profitent désormais 421.000 foyers (+67 % sur un an) dont 317.000 rien que pour les solutions câble (fibre optique + coaxial en terminaison) contre 103.000 pour la fibre à domicile (+75 % sur un an). Au total, les accès haut et très haut débit frôlent les 20,9 millions de comptes, le reste étant conservé par le bas débit (513.000 lignes, -30 %).

Avec plus de 7,4 millions de lignes concernées, le dégroupage total poursuit son inflexible progression (+22,6 % sur un an). En partie aux dépens des lignes partiellement dégroupées (1,2 million, -7,4 %). Le «bitstream nu» (accès achetés en tant qu’offre de gros par les opérateurs alternatifs auprès de l’opérateur historique et qui pourrait s’apparenter à du dégroupé avec une offre de téléphonie sur IP) reste stable autour de 1,2 million de lignes. En revanche, le «bitstream classique» et «IP national» (offre de France Télécom revendue en marque blanche par les opérateurs alternatifs) poursuit son recul à 535.000 lignes (-25 %) poussé par l’extension des réseaux des SFR, Free, Bouygues Telecom principalement.

Le marché mobile en progression de 5%

Malgré un parc quasi saturé, le marché de la téléphonie mobile et une pause au deuxième trimestre a repris son rythme de croissance de près 5 % sur un an avec 62,6 millions de lignes. Abonnements et forfaits séduisent toujours plus (45,2 millions, +8,9 %) alors que les cartes prépayées perdent 4,1 % (17,4 millions). Les forfaits bloqués représentent désormais 1 forfait sur 4 (11,2 millions), signe de la volonté du consommateur de vouloir maîtriser sa consommation (et, donc, son budget). L’Internet mobile poursuit également sa croissance : 21 millions de clients (soit 1 sur 3) utilisent la 3G (+32,5 %). Le succès des clés et autres cartes SIM exclusivement 3G ne se dément pas avec près de 2,6 millions d’utilisateurs (+46 %). Le marché des objets communicant est aussi en forte progression. Il représente plus de 2,2 millions de cartes SIM «M2M» (+66 %) et 4,8 millions exclusivement data/Internet (+55 %)

Au final, le chiffre d’affaires des opérateurs télécoms sur les communications électroniques s’élève à près de 11,3 milliards d’euros en France au troisième trimestre dont 8,9 milliards pour le fixe (téléphonie et Internet). En légère hausse de 0,8 %. A noter que 25 milliards de SMS ont été échangés sur la période. Soit 10 milliards de plus qu’au troisième trimestre 2009. Un engouement incontestable qui ne s’est pas démenti à l’occasion de la nouvelle année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur