Les pannes de disques restent la première cause des pertes de données

CloudDSISécuritéStockage

Les pannes de disques durs ont doublé en 4 ans, selon Kroll Ontrack. Si toutes les technologies de stockages sont faillibles, les disques durs s’imposent en première ligne.

Les pannes de disques durs s’imposeraient comme la première cause de pertes de données, tant pour les entreprises et organisations professionnelles que les particuliers. C’est du moins ce que révèle Kroll Ontrack selon une étude interne réalisée auprès de 1 066 clients*. Pas moins de 66% des personnes interrogées en 2014 par le spécialiste de la récupération de données citent ainsi une panne ou défaillance matérielle comme origine de la perte de leurs données. Elles étaient 29% en 2010.

A l’inverse, les utilisateurs font moins d’erreur. Alors qu’ils étaient 27% à déclarer avoir perdu leurs données suite à une mauvaise manipulation il y a 4 ans, ils ne sont « plus que » 14% à être à l’origine de l’incident. Pour sa part, la défaillance logicielle compte pour 6% des pertes. « Les pannes de disque dur ont plus que doublé depuis les quatre dernières années et s’imposent comme la cause la plus courante de perte de données », résume Kroll Ontrack.

Tous les types de supports touchés

HDD, SSD, Raid… tous les types de média sont concernés. Mais les pannes disques durs classiques s’imposent : 72% des « victimes » déclarent que leur perte de données la plus récente était due au disque dur d’un ordinateur de bureau ou portable. La principale raison de ce taux élevé tient dans le nombre de modèles encore majoritairement distribués sur le marché même si leurs ventes sont en baisse. « Il y a plus de disques durs en circulation tout simplement parce qu’ils sont rentables et que les fabricants ont perfectionné leur conception et leur production, explique Antoine Valette, responsable marketing France. En conséquence, les disques durs représentent la grande majorité des récupérations de données que nous effectuons. »

Malgré l’absence de composants mécaniques, les SSD (disques Flash) représentent 15% des pannes traitées par Kroll Ontrack suivi des services virtuels/RAID (13%). « Les supports de stockage connaissent des défaillances quel que soit leur type; c’est juste une question de temps », estime Antoine Valette qui, au-delà d’un service de redondance et de PRA (plan de reprise d’activité) à jour recommande une défragmentation régulière du disque et l’usage d’un antivirus, notamment, pour protéger les données.

KrollOntrack pannes disques

* dont 48% d’entreprises, 32% de particuliers, 13% de partenaires et 3% d’organisations gouvernementale dans 10 pays d’Europe, Amérique du Nord et Asie.


Lire également
40% des entreprises perdent des données dans les environnements virtualisés
Malgré les sauvegardes, les pertes des données continuent


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur