Sapphire Orlando : Bill McDermott veut faire rimer SAP et simplicité

CloudLogicielsMobilité

Moins d’ingénierie, plus de bénéfices métier. La reprise en main de SAP par Bill McDermott est aussi marquée par un véritable aggiornamento de la part du leader mondial de l’ERP : les processus créent de la complexité.

sapphire4
Bernd Leukert et Bill McDermott

Un unique leader, une équipe remaniée, un nouveau message. En ouverture de Sapphire, la grand messe annuelle que tient SAP à Orlando (Floride), manifestation qui réunit quelque 25 000 personnes venant du monde entier, Bill McDermott, le Pdg depuis peu seul aux manettes du premier éditeur européen, a tenu à marquer sa différence. Ouvrant ce qu’il qualifie de « nouveau chapitre » dans l’histoire de la société, née il y a plus de quarante ans. Un chapitre qu’il entend bien incarner comme en témoigne sa présence sur scène tout au long de la conférence d’ouverture, ce mardi 3 juin. Un exercice qu’il partageait jusqu’alors avec le danois Jim Snabe (l’autre Pdg du groupe jusqu’à récemment) et avec Vishal Sikka (le directeur technique dont le départ brutal remonte à un mois).

L’occasion pour l’Américain d’introniser son équipe de direction, où figurent de nouveaux visages comme Bernd Leukert (responsable du développement applicatif), Robert Enslin (le responsable des ventes mondiales), Luka Mucic (le nouveau DAF appelé à remplacer Werner Brandt) ou encore Ingrid-Helen Arnold (la DSI et responsable du Cloud). Une équipe où règne la confiance mutuelle, assure McDermott. Façon de pointer, indirectement, une certaine forme de défiance qui s’était installée avec les hommes qui ont récemment quitté la société, officiellement pour des raisons personnelles.

Hana : de la simple tuyauterie ?

sapphire3Sur scène, McDermott a également martelé ce qui apparaît comme son nouveau mantra marketing : la simplicité. Une potion que le dirigeant s’applique à lui même, gommant de son discours tous les aspects relatifs à l’ingénierie. Là où les années précédentes, la base de données In-Memory Hana était au centre des conférences de SAP, elle devient, dans l’optique McDermott, un moyen. Le moteur du Cloud intégré façon SAP, un moteur capable de faire fonctionner les solutions rachetées par l’Allemand (SuccessFactors, Ariba ou récemment FieldGlass), mais aussi l’ERP Business Suite dans sa globalité et, demain, les solutions dédiées à 25 secteurs d’activité différents.

Le mantra vaut également pour SAP, qualifiée d’organisation trop complexe par Bill McDermott. « Nous allons réduire le nombre de strates dans l’entreprise, explique le dirigeant. Mais cela ne signifie pas que nous procédons à des réductions d’effectifs : SAP comptera plus d’employés en fin d’année qu’en début. Simplement, les personnes travaillant sur les projets d’hier et non sur les rêves d’aujourd’hui pourront être redéployées ».

La finance réécrite pour Hana

Et les rêves d’aujourd’hui doivent rimer avec une simplification du paysage IT des entreprises. « En moyenne, 72 % des budgets IT est consacré à maintenir le statu quo. Nous ne pouvons plus continuer comme ça », martèle le dirigeant. Première concrétisation : la gratuité des applications Fiori, cette interface graphique repensée pour la mobilité et disponible pour 300 processus métier. Jusqu’à présent commercialisées à part, au grand dam des utilisateurs, ces applications sont désormais incluses dans la maintenance. « Et aux entreprises qui ont acheté Fiori, nous offrirons un crédit équivalent », ajoute McDermott.

Mais la principale nouveauté de ce Sapphire réside dans une suite applicative pour la finance, SAP Simple Finance. Un applicatif que l’éditeur a déjà déployé en interne et qui lui a permis de réduire de 5 jours les délais de clôture de ses comptes. « Nous nous sommes lancés dans la réécriture de l’ensemble de notre cœur applicatif, en éliminant tous les agrégats, assure Bernd Leukert. Le tout sans rupture pour nos clients ». Après la finance, la chaîne logistique devrait suivre. Une nouvelle étape qui figurait depuis des années sur le plan de développement maison, architecturée autour de la plate-forme Hana. Bref, la rupture dans la continuité.

En complément :

BI : Comment Sagem a remplacé Oracle 10g par SAP Hana

Porté par le contrat CMA CGM : croissance à trois chiffres pour SAP France

SAP Walldorf : à la découverte du plus grand centre européen de R&D logicielle

Le Pdg d’Ariba chez SAP : un an et puis s’en va


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur