Nokia et NTT Docomo testent ensemble la 5G

Réseaux

Nokia va tester une interface 5G en technologie d’ondes millimétriques à 70 GHZ sur le réseau de NTT Docomo.

En janvier dernier, Nokia Solutions and Networks (NSN), qui représente désormais l’activité principale de Nokia depuis la vente de la branche mobile à Microsoft, et l’opérateur japonais NTT Docomo signaient, avec la plupart des acteurs du marché, un protocole d’entente (Memorandum of Understanding ou MoU) autour du développement de la future 5G et sa standardisation. Un accord qui se concrétise aujourd’hui à travers une collaboration renforcée.

Les deux acteurs entendent ainsi travailler sur un système commun de démonstration de faisabilité (proof of concept ou PoC). Ils concentreront notamment leurs efforts sur les technologies d’ondes millimétriques à 70 GHz afin de décupler les capacités de transport des données de la 5G (jusqu’à 10 Gbit/s) et approcher son temps de latence de zéro (quelques millisecondes) tout en s’assurant de ne pas augmenter les besoins de consommation énergétique. Des travaux que mène actuellement Nokia dans le cadre du NYU Wireless, centre de recherches combiné entre l’Université de New York et l’institut polytechnique (NYU-Poly) que l’équipementier finlandais a ouvert en décembre 2013.

Un couche dynamique entre virtuel et physique

Le système expérimental de démonstration 5G sera implanté dans des modules de traitement du signal (Baseband) de National Instrument, « la crème des systèmes pour déployer rapidement des interfaces de prototype 5G aujourd’hui » selon Nokia, afin de réaliser les tests sur le réseau mobile de l’opérateur japonais. Lequel travaille également sur la 5G avec les équipementiers concurrents de Nokia : Ericsson, Alcatel-Lucent ainsi que NEC, Samsung et Fujitsu.

« Notre coopération avec NTT DoCoMo sur la technologie radio 5G est une étape importante vers la définition des futurs réseaux mobiles, a déclaré Hossein Moiin, vice-président exécutif responsable de la branche Networks. Les futurs réseaux sans fil n’interconnecteront pas seulement les humains mais aussi des machines et des objets, enveloppant les mondes virtuels et physiques avec une grande variété de cas d’utilisation. Avec l’industrie, nous devons faire en sorte que la technologie 5G propose les bons principes pour servir ces cas d’utilisation flexibles et rentables. »

Ce nouvel accord entre Nokia et NTT Docomo prolonge un partenariat de recherche démarré il y a 3 ans autour de la 3G et du LTE (4G). Les deux acteurs n’ont pas précisé quand démarreront les tests et sur quelle période. L’échéance symbolique de 2020 comme tournant de la nouvelle décennie pour le lancement commercial de la 5G revient régulièrement dans les calendriers.

crédit photo © timquo – shutterstock


Lire également
Cebit : le Royaume-Uni et l’Allemagne ensemble sur la 5G
Ultan Mulligan (ETSI) : «Beaucoup d’améliorations de la 4G sont nécessaires avant la 5G» (vidéo)
Ulrich Dropmann, NSN : « L’Europe profitera de la 5G pour combler son retard »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur