Microsoft-Nokia : une opération plus profitable que prévue pour Nokia

MobilitéPoste de travail

Microsoft et Nokia ont finalisé l’opération de transfert de la division terminaux et services vers Redmond. Une opération dont Nokia entend tirer un meilleur prix que prévu.

Cette fois c’est fait. A l’heure où Microsoft publie des résultats trimestriels plats, l’activité terminaux mobiles et services de Nokia est définitivement entrée dans le giron de Microsoft comme l’avait annoncé Brad Smith, l’avocat général de l’éditeur, en début de semaine. Les deux parties ont confirmé, chacune de leur côté, la finalisation de l’opération. Elle clôt une acquisition annoncée en septembre 2013 pour 5,44 milliards d’euros (7,52 milliards de dollars).

Un montant susceptible d’évoluer à la hausse. En regard de l’état du capital et de la trésorerie de Nokia, « nous nous attendons à ce que le prix total de la transaction soit légèrement plus élevé que celui de transaction antérieurement annoncée », indique la firme finlandaise dans son communiqué. Le chiffre ajusté n’est cependant pas encore communiqué. Il devrait l’être la semaine prochaine lors des présentations des résultats trimestriels.

L’équipe dirigeante transférée

D’autres ajustements sont également évoqués. Les usines de Chennai en Inde et de Masan en Corée du Sud ne seront pas transférées à Microsoft. L’unité de production indienne est « gelée » en raison d’un conflit avec le gouvernement indien. Celle de Corée va tout simplement être fermée provoquant le licenciement de 200 personnes.

Ce ne sera pas le cas de l’équipe dirigeante de Nokia et dont Stephen Elop prendra la direction de la division désormais baptisée Microsoft Devices. L’ancien dirigeant de Nokia sera épaulé par Jo Harlow (vice présidente en charge des smartphones), Juha Putkiranta (opérations), Timo Toikkanen (téléphones mobiles), et Chris Weber (ventes et marketing).

Définir la stratégie

Fort de ce nouvel outil de production, Microsoft va maintenant devoir préciser sa stratégie pour renforcer sa position sur le marché mobile. Un marché mondial sur lequel Windows Phone (quasi intégralement porté par les terminaux Nokia Lumia) occupera moins de 4% en 2014 estime IDC (contre 79% pour Android et 15% pour iOS) mais qui devrait progresser vers les 7% à l’horizon 2018 (lire Le marché des smartphones ralentira dès 2014).

Microsoft entend notamment entrer dans une logique de volume en élargissant son offre au plus grand nombre. « Avec l’activité téléphone mobile de Nokia, Microsoft ciblera le marché d’entrée de gamme, en offrant une première expérience de téléphonie mobile au prochain milliard d’acquéreurs dans le monde », indique l’éditeur dans son communiqué. Ce qui devrait passer par le maintien des modèles de terminaux Asha et Nokia X sous… Android. L’arrivée des smartphones Nokia au sein de Redmond viendra par ailleurs appuyer la stratégie « Mobile-first, Cloud-first » énoncée par le PDG de Microsoft Satya Nadella (lire Satya Nadella : Cloud et mobile, sans renier l’héritage logiciel de Microsoft). Il restera donc à préciser comment.


Lire également
Bill Gates et Satya Nadella étaient contre le rachat de Nokia par Microsoft
Après le rachat par Microsoft : que reste-t-il à Nokia ?
Accord Microsoft – Nokia : la lettre officielle de Steve Ballmer… en français


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur