Panasonic standardise l’Ivy Bridge sur ses portables durcis ToughBook

Poste de travail
Panasonic ToughBook CF-19 informatique durcie

Une bonne dose d’Ivy Bridge, un généreux focus sur l’autonomie, un soupçon de rétrocompatibilité… Panasonic remodèle son informatique durcie via le portable ToughBook CF-19.

Sous l’impulsion de Panasonic et sa gamme ToughBook, l’informatique durcie passe le cap de l’Intel Ivy Bridge et adopte en standard la silhouette d’un robuste ordinateur portable convertible à écran résistif, dit plus performant et plus autonome dans l’exercice de la mobilité.

Pour matérialiser cette évolution, le modèle CF-19 embarque un châssis de magnésium répondant à la norme IP65, soit une immunité avérée face à la poussière, aux projections de liquide et aux températures extrêmes. Son revêtement le protège par ailleurs contre les éraflures et une technologie d’amortissement assure l’intégrité du disque dur en cas de chute.

Tout pour tenir la route

Au-delà de l’apparat de rigueur, Panasonic s’est surtout concentré sur les fonctionnalités, avec un focus sur l’autonomie de la batterie. Dix heures en l’occurrence avec Windows 7, grâce à l’écosystème logiciel Power Management Utilities, qui optimise la sollicitation du processeur par chaque application et propose en outre de définir des profils personnalisés.

Mais la transition vers l’Ivy Bridge joue également son rôle, tout particulièrement via la finesse de gravure (22 nm) du processeur qu’embarque le CF-19 : un Core i5-3320 bicœur à 2,6 GHz (3,1 GHz en mode turbo), 3 Mo de cache L3, un support vPro… et une enveloppe thermique de 35 W, incluant la partie graphique HD 4000 à 650 MHz (1,2 GHz en Turbo), 60 % à 70 % plus puissante que la précédente génération (Sandy Bridge).

Dans ce même esprit, Panasonic implémente dans son ToughBook de la mémoire vive DDR3L basse tension (1,35 V) et démocratise les SSD, de 128 Go à 256 Go, moins énergivores et plus résistants que le disque dur de 500 Go également au catalogue. S’y adjoignent deux ports USB dont l’un en 3.0, avec des capacités de recharge en veille. La connectivité sans fil colle à cette même politique d’économies d’énergie. Ainsi le Wifi 802.11n est désactivable par le biais d’un commutateur matériel.

L’apologie de la mobilité se poursuit avec un capteur de luminosité allié à la technologie Transflective Plus. Ce couple délivre jusqu’à 6500 cd/m² (exposition à 200 000 lux) sans nécessiter de module de rétroéclairage. Mention similaire pour le Bluetooth 4.0 classe 1 à 24 Mbit/s, légèrement moins gourmand que ses prédécesseurs, avec lesquels il demeure néanmoins compatible.

La rétrocompatibilité dans le viseur

Le Bluetooth, un arbre devant la forêt d’un écosystème acquis à l’héritage des vénérables aïeux ? Les dispositions de Panasonic en la matière semblent corroborer l’hypothèse. Témoin le port série et l’emplacement PC Card qui redonneront du service aux plus anciens des périphériques. De même, les batteries des précédents ToughBook sont garanties compatibles à 100 %, tout comme les stations d’accueil, notamment celles adaptées aux habitacles des véhicules de fonction.

Cet état de fait est d’une commodité non négligeable pour les utilisateurs finaux, essentiellement les professionnels de la santé, du bâtiment, des transports ou du paramilitaire. Afin de simplifier leur expérience, Windows 7 se pare d’une surcouche signée Panasonic, avec une interface d’administration et un amorçage personnalisé du système. Il faudra toutefois attendre la mi-juillet pour voir ce nouveau CF-19 investir le marché, garanti 3 ans avec réparation à J+4, à partir de 3530 euros TTC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur