Rackspace choisit de ne plus se vendre

Cloud

Le spécialiste d’OpenStack change son fusil d’épaule en écartant l’option vente pour continuer l’aventure seul. Pour piloter cette décision, Rackspace a nommé un nouveau CEO.

Au mois de mai dernier, Rackspace avait admis avoir mandaté la banque Morgan Stanley pour étudier différentes options la vente ou un partenariat avec un autre acteur du Cloud. Plusieurs noms ont circulé comme potentiel acheteur comme HP. Mais le rachat récent d’Eucalyptus montre que le géant de l’IT souhaitait plus acquérir une expertise sur AWS et pas spécialement dans OpenStack qu’il maîtrise. Plus récemment encore, Bloomberg soulignait un possible rachat par CenturyLink du fournisseur de Cloud, mais l’opérateur n’avait pas commenté cette rumeur.

Aujourd’hui, changement de cap comme l’indique Graham Weston, le co-fondateur et le président de Rackspace. « Nous avons parlé avec différents groupes d’intérêt et analysé différentes offres. Mais aucune de ses propositions n’avait plus de valeur que celle générée aujourd’hui en poursuivant seul ». La messe est donc dite, Rackspace n’est plus à vendre. Cette décision n’a pas été du goût des investisseurs qui ont sanctionné le cours de bourse avec une chute de près de 15%.

Nouveau CEO et acquisition potentielle

Cette décision s’accompagne également de la nomination d’un nouveau CEO en la personne de Taylor Rhodes. Il ne s’agit pas d’un inconnu, car il occupait préalablement le poste de Président en charge des opérations et est présent au sein de Rackspace depuis 2007. Il remplace Laham Napier, qui a démissionné de ses fonctions en février dernier. Depuis ce temps, c’est Graham Weston qui assurait l’interim.

Pour le futur, Rackspace pourrait racheter des actions, mais aussi faire des acquisitions, selon Bloomberg. Le 11 août dernier, la société prévoyait un chiffre d’affaires compris entre 454 et 461 millions d’euros pour le troisième trimestre. Rackspace est valorisé à 5,63 milliards de dollars. Taylor Rhodes dans une discussion avec les analystes financiers a indiqué que la firme avait été pénalisée par des retards des clients dans la prise de décision pour la signature de contrats. « Cela rallonge les cycles de ventes. Je suis ici pour réduire ce temps. » Rackspace devra composer avec une concurrence de plus en plus forte dans le domaine du Cloud avec des acteurs comme HP, IBM, mais également AWS, Microsoft et Google.

A lire aussi :

Rackspace ouvre (enfin) son service Hadoop dans le Cloud

OpenStack : mature pour Rackspace, immature pour VMware

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur