Sopra – Steria : un groupe IT de quatre entités se dessine

ProjetsSSII

La fusion-absorption de la SSII Steria sera effective au 31 décembre 2014. L’accord prévoit la réorganisation du nouvel ensemble Sopra Steria Group en quatre entités.

La fusion par absorption est soumise à l’approbation, le 19 décembre prochain, des assemblées générales extraordinaires d’actionnaires des deux SSII. Elle sera réalisée le 31 décembre à la clôture de l’exercice 2014, a indiqué Sopra. L’accord de fusion signé le mois dernier prévoit la réorganisation du prochain ensemble en quatre sociétés, chacune spécialisée dans un métier IT.

Une holding, des logiciels et des services IT

Une tête de groupe (la holding Sopra Steria Group) regroupera la présidence avec à sa tête Pierre Pasquier, la direction générale pilotée par François Enaud, les fonctions centrales, les activités de conseil et d’intégration systèmes. Elle détiendra l’ensemble des filiales opérationnelles et participations du groupe. Deux autres sociétés seront dédiées à l’édition de logiciels, l’une spécialisée dans les solutions bancaires (Sopra Banking Software), l’autre dans les outils de gestion des ressources humaines (Sopra HR Software). La quatrième entité, enfin, proposera des prestations de gestion d’infrastructures informatiques (Sopra Steria Services).

La pérennité des emplois chez Sopra Steria Group

Les deux SSII françaises avaient annoncé en avril dernier leur rapprochement par le biais d’une offre publique d’échange (OPE), dont le feu vert a été donné cet été. Sopra détenant 90,52% du capital et 89,41% des droits de vote de son concurrent. L’entité veut se positionner comme un « créateur-opérateur de services » plutôt qu’un « développeur-intégrateur de systèmes ». Pierre Pasquier, président du conseil d’administration de l’ensemble, avait assuré au printemps dernier qu’il n’y aurait ni plan social, ni départs volontaires. Mais la réorganisation interne et les réductions de coûts envisagées alarment les syndicats inquiets pour la pérennité des emplois.

La fusion fera de la future structure l’une des principales SSII en France (aux côtés de Capgemini, IBM et Atos) et le 10e acteur du secteur en Europe avec 35 000 salariés dans 24 pays, dont environ 15 000 en France, pour un chiffre d’affaires combiné de 3,1 milliards d’euros.

Lire aussi :
Sopra – Steria : feu vert pour la fusion des deux SSII
Fusion Sopra Steria : les grandes manoeuvres ont déjà commencé


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur