Nokia : Stephen Elop sur la sellette ?

Poste de travail
Pas de processeurs multicoeur pour les Lumia de Nokia

Pour les analystes, l’avenir de Stephen Elop est suspendu au succès des Lumia Windows Phone 8 à Noël.

L’avenir de Stephen Elop à la tête de Nokia s’assombrit. Et le dirigeant pourrait ne pas passer l’année 2013. C’est la vision que partagent plusieurs analystes dont Reuters a recueilli les avis.

Jugement final début 2013 ?

Pour Magnus Rehle de Greenwich Consulting, « Elop n’a pas été capable d’attirer les consommateurs et c’est ce qui compte » malgré les deux années passées à la tête de Nokia. Si les Lumia 800 ou 900, voire 610, n’ont pas permis à la marque finlandaise de s’imposer sur le marché des smartphones, il restera néanmoins à vérifier l’adoption des récents 920 et 820 sous Windows Phone 8 attendus pour fin octobre.

Mais en cas d’échec, ou de demi-succès, de ces nouveaux modèles, le couperet pourrait tomber pour l’ancien patron de la division Business de Microsoft. Et ce n’est pas gagné dans la mesure où les nouveaux Nokia ont reçu un accueil mitigé, notamment face à un iPhone 5 dont les précommandes dépassent les capacités de production (2 millions de ventes en 24 heures). « Le début de l’année prochaine pourrait être le jugement final, avance l’analyste. Je pense que la fin du premier trimestre marquera le point décisif. »

Une situation qui n’a cessé d’empirer

Certes, Nokia était déjà en mauvaise posture quand Stephen Elop a pris les rennes de l’entreprise en septembre 2010. Mais la situation a empiré depuis. Le constructeur a perdu la place de numéro 1 au profit de Samsung en début d’année ; la part des Windows Phone sur le marché des smartphone reste inférieure à 3 % au deuxième trimestre 2012 ; et l’entreprise a perdu 3 milliards d’euros sur les 18 derniers mois (en incluant les résultats de sa filiale Nokia Siemens Networks, également déficitaire).

En cas d’échec des ventes de Noël des nouveaux Lumia, l’analyste suggère que Nokia pourrait se tourner vers la plate-forme Android et attaquer le marché porteur de l’entrée de gamme. Ou, moins probablement, relancer son offre Symbian dont le constructeur vend encore 6 millions d’appareils par an. Mais dans tous les cas, cela confirmerait l’échec de la stratégie Windows Phone pour Nokia. Et donc, la chute de Stephen Elop.

Crédit photo © Nokia


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – connaissez-vous l’histoire de Nokia ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur