Très haut débit : l’ambitieuse « Ambition numérique » du gouvernement

GouvernanceRégulations
Francois Hollande, discours de Clermont-Ferrand sur le déploiement du très haut débit

Le président de la République a présenté le plan de déploiement du très haut débit en France et ses mécanismes de financement.

« Le très haut débit renforce la compétitivité des entreprises et l’attractivité du  territoire », a déclaré François Hollande. Le président de la République s’est exprimé hier, mercredi 20 février, à Clermont-Ferrand pour exposer l’« Ambition numérique » du gouvernement, rapporte ITespresso.fr. « J’ai pris la décision de dégager 20 milliards d’euros dans les 10 ans qui viennent pour l’accès au très haut débit. »

Selon le chef de l’État, le financement de ce plan sera assuré en fonction des zones : « 1/3 sera financé par les opérateurs privés dans les zones denses, 1/3 sera financé par les opérateurs et les collectivités dans les zones moyennement denses, 1/3 sera financé par l’État et les collectivités – mais surtout l’État – dans les zones restantes ». Soit environ 50% du besoin des collectivités et maîtres d’ouvrages.

50% dans 5 ans, 100% dans 10 ans

Quant au calendrier du déploiement de la couverture, « d’ici 5 ans, 50% de la population sera couverte par le très haut débit, 100% dans 10 ans ». Un calendrier ambitieux.

Le rôle de « l’État stratège » dans le pilotage du déploiement THD sur le territoire national est confirmé : « Un établissement public sera chargé de coordonner et d’accompagner techniquement et financièrement la mise en place des réseaux très haut débit. »

« Ces sommes seront prélevées sur les programmes d’investissement d’avenir, mais également sur les redevances versées par les opérateurs pour l’utilisation des fréquences télécoms », a poursuivi François Hollande.

Les collectivités financées par le Livret A

Quant aux collectivités locales, elles auront accès aux fonds du Livret A collectés par la Caisse des Dépôts « à des taux très privilégiés » sur des durées de 20 ans.

Il n’y a pas de temps à perdre et les guichets de subventions pour les collectivités ouvriront ses portes en avril prochain « pour les projets prioritaires ».

La construction de l’infrastructure devrait contrer, un peu, le chômage grandissant en France. François Hollande évalue le nombre d’emplois nécessaires au déploiement du THD à 10.000 environ. C’est toujours ça.

Pas de prélèvements supplémentaires pour les opérateurs

Quant aux opérateurs, le chef de l’État a convenu qu’ils avaient besoin de « stabilité » et de « visibilité » et s’est engagé à ne pas instaurer un prélèvement supplémentaire pour financer le déploiement du THD. Les opérateurs devront cependant contribuer « au financement du très haut débit pour les zones les moins favorisées ».

« Nous devons en terminer avec le réseau de cuivre et installer partout la fibre optique puisque c’est le principe qui a été acté [afin de] créer un environnement favorable aux entreprises du numérique et leur permettre d’avoir des financements en fonds propres », estime le président qui entend appuyer la mécanique sur la Banque publique d’investissement (BPI) ou le Crédit Impot Recherche « élargi aux PME innovatrices ».

Dernière annonce présidentielle : « Nous avons décidé aujourd’hui même d’orienter 150 millions d’euros dans les programmes d’investissement d’avenir vers les technologies clés dont la filière du numérique : objets intelligents, exploitation massive de données, l’informatique en nuage, la sécurité des systèmes d’information… »


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur