USA : la durée de vie réduite des DSI du secteur public

DSIRégulations

Le temps d’activité d’un DSI fédéral ou d’un État américain s’est réduit à 3,4 ans, contre 5,7 ans dans le privé.

Les DSI (CIO) du secteur public américain sont sous pression… Alors que leur temps d’activité sur un poste de DSI d’une administration fédérale ou d’un état demeurait stable d’une année sur l’autre, 4,2 ans en 2011 et 2012, une étude du Gartner révèle que ce temps a singulièrement chuté en 2013, avec 3,4 ans. Voire moins dans certains États comme la Californie (2,8 ans).

Certes, les années d’élection peuvent être le déclencheur de changements de postes. Mais les élections n’expliquent pas tout, et surtout la réduction du temps d’activité est particulièrement forte cette année.

L’économie et la politique

Les analystes du Gartner avancent quelques explications. Tout d’abord le secteur public américain, plus proche du modèle privé que nos organisations européennes, a subit quelques banqueroutes avec la crise. Les conditions économiques auraient également mis sous pression les DSI, qui aujourd’hui rechercheraient un second souffle en se tournant vers le privé.

La pression politique et les processus bureaucratiques des administrations sont également pointés du doigt. Ils réduisent le taux de tolérance ou d’erreur, ainsi que la capacité d’initiative des patrons de l’informatique. Par nature, ce métier serait également en permanence sous le feu de la rampe des médias.

Autre explication, l’absence de consolidation des organisations IT qui entrainerait une dispersion de la fonction. Tandis qu’au niveau local, dans les villes ou les administrations de proximité, la localisation de la fonction serait importante, avec une multitude de DSI qui resteraient en place plus de 10 ans. Ce qui réduirait le turn-over à ce niveau d’exercice de la fonction et par effet mécanique réduirait également les possibilités de trouver des postes disponibles.

Combien gagne un CIO ?

Mais à y regarder de plus près, la principale motivation du temps d’activité des DSI fédéraux et des États américains pourrait bien être l’argent. Brenda Decker, CIO du gouvernement du Nebraska et présidente de la National Association of State Chief Information Officers, aura beau rappeler que la motivation des DSI est « de servir le public et leur État », les rémunérations (nettement supérieures) du secteur privé, qui plus est dans une économie que se réveille, auront régulièrement raison même des meilleurs.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur