VMworld Europe 2014 : VMware étend sa stratégie de pilotage du Cloud hybride

CloudDatacentersDéveloppeursDSIIAASOrchestrationPAASServeursVirtualisation

A l’occasion de son évènement à Barcelone, VMware renforce ses outils de management du Cloud, avec vRealize suite. L’Europe se voit doter d’un datacenter supplémentaire en Allemagne. Enfin, la solution Horizon Flex virtualise en local les PC et les Mac.

Il est toujours difficile de surprendre et de susciter l’intérêt après VMworld 2014 qui s’est déroulé fin août à San Francisco. VMware a cependant tenu ce pari à Barcelone lors de son évènement européen. Une manifestation qui rencontre toujours un grand succès avec près de 9 000 personnes attendues. Bien sûr, Pat Gelsinger, CEO de VMware a repris quelques formules déjà éprouvées en Californie, comme le fait qu’aujourd’hui il faut être courageux devant les changements inévitables auxquels sont confrontés les responsables informatiques (mobilité, Cloud, développement des applications, virtualisation, etc.).

Une fois le discours de la transformation bien installé, le CEO déroule les annonces. La première concerne le Cloud. Il rappelle le changement de nom de l’offre vCloud Hybrid Service (vCHS) pour devenir aujourd’hui vCloud Air. Cette solution propose du Disaster Recovery, desktop et du Platform as a service. La firme américaine dispose de plusieurs datacenters dans le monde, dont une forte concentration aux Etats-Unis. En Europe, elle a ouvert en juillet dernier un second datacenter à Londres pour le développement de son service de Cloud hybride. Aujourd’hui, Pat Gelsinger a annoncé la création d’un datacenter en Allemagne. Basé à Francfort, ce centre de calcul sera ouvert au premier trimestre 2015. Pourquoi l’Allemagne ? « Il s’agit du plus grand marché européen après l’Angleterre », indique le CEO de VMware avant d’ajouter : « l’Allemagne est très stricte en matière de souveraineté des données ». Une manière de rassurer les autres pays européens sur la localisation de leurs données après les différentes affaires d’espionnage de la NSA. Par ailleurs, Marc Frentzel, directeur technique Europe du Sud, précise : « Francfort dispose d’une grosse capacité réseau ».

Extensions de la gestion du Cloud avec vRealize Suite

Autre annonce sur le Cloud, le lancement de vRealize suite qui passe en version 6. La plateforme se veut « un point unique pour l’automatisation, l’opérationnel et la gestion business du Cloud », explique Pat Geslinger. Elle sera accessible en deux versions Advanced (6 750 dollars par CPU) et Entreprise (9 950 par CPU). Elle comprend plusieurs composants qui évoluent et qui seront disponibles avant la fin de l’année. vRealize Operations gagne en performance pour gérer avec intelligence le monde physique, virtuel et Cloud en se basant sur de l’analyse prédictive et sur des règles automatisées. A partir d’une seule console, elle permet d’avoir une grande visibilité sur les applications, le réseau et le stockage

IMG_3378
Par ailleurs, VMware lance d’autres packages supplémentaires dans vRealize comme Air Compliance, qui est une solution d’analyse de conformité en mode SaaS des infrastructures Cloud avec les exigences réglementaires et de sécurité. On notera aussi l’apparition de vRealize Code Stream, une solution pour optimiser et automatiser le process applicatif dans une démarche DevOps, de l’intégration continue à la délivrance des applications. VMware annonce l’intégration de plusieurs éditeurs de service d’intégration continue comme Jenkins, Bamboo, Git, Subversion. Code Stream sera disponible seul au prix de 1 250 dollars par instance ou 7 500 dollars par CPU.

vSphere 6 en bêta, NSX s’oriente sécurité

Autre axe évoqué par Pat Gelsinger, le Software Defined DataCenter, pierre angulaire de la stratégie de VMware pour casser les silos. Cette stratégie se décline en différents produits, vSphere pour la partie compute, NSX pour la partie réseau et vSAN ou Virtual Volumes pour l’aspect stockage. Sur vSphere, le dirigeant a été expéditif en précisant que la version 6 arrive en bêta. Parmi les évolutions attendues, comme l’expliquent nos confrères de The Register, vSphere va accueillir des VM plus importantes ( jusqu’à 128 vCPU et 4 To de vRAM). Il pourra prendre en charge des serveurs hôtes dotés de 480 CPU, 12 To de RAM et 64 To de stockage. vSphere 6.0 est attendu en 2015.

Sur l’aspect réseau, le discours sur NSX ne se focalise plus sur la seule virtualisation de la brique réseau, mais s’oriente vers la sécurité. Pat Gelsinger a fait une analogie entre un œuf et un datacenter, « l’extérieur est dur, difficile d’y pénétrer, mais à l’intérieur est mou, facile d’accès, pour assurer la sécurité, il est nécessaire d’aller dans la micro-segmentation ». Pour renforcer l’aspect sécurité de NSX, VMware a signé un partenariat avec Palo Alto Networks pour l’aider à sécuriser le Cloud Hybride.

HP et HDS convertis à Evo : Rail

Des partenariats, il en a été question sur Evo : Rail, le concept d’hyperconvergence de VMware qui apporte la glue logicielle à des équipements tout en un proposés par des constructeurs. L’objectif est de proposer une solution pour le mid-market avec un déploiement d’une centaine de VM. A San Francisco, le spécialiste de la virtualisation avait converti plusieurs acteurs dans cette aventure, dont Dell, F5, Arista, etc. A Barcelone, il annonce un partenariat avec HP et HDS (Hitachi Data System). Les premières offres sont attendues au début 2015. « Il y a une appétence pour des solutions où le hardware et le software sont validés », assure Marc Frentzel.

Le projet Fargo, une réponse à Docker

Terminons par le bloc ‘end user computing’ où la principale annonce est Horizon Flex. Ce service apporte la prise en charge de la virtualisation en local des environnements Mac et PC. Selon VMware, ce déploiement peut se faire à travers le réseau de l’entreprise, mais aussi via une clé USB. Cette solution s’adresse aux salariés, aux prestataires, aux nomades en appliquant des règles de sécurité définies par l’entreprise.

VMware ne serait pas VMware sans des projets avec des noms de code. L’éditeur a donc présenté le projet Fargo qui « est un nouveau mécanisme pour rapidement déployer des VM, comme un conteneur, mais sans compromis sur la partie sécurité de classe entreprise… » souligne Pat Gelsinger. Une réponse à Docker ? « La demande existe pour avoir le conteneur dans la VM », explique Marc Frentzel et d’ajouter que Fargo est un « projet d’intégration associant l’accès aux applications d’un côté et la création rapide des applications pour les développeurs de l’autre ».

A lire aussi :
VMware marie AirWatch et Horizon dans WorkSpace Suite
VMware dégaine sa distribution OpenStack et des appliances SDDC
Avec CloudVolumes, VMware s’offre une technologie de conteneurs pour Windows


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur