Avec Altaven, Cegid se renforce dans la gestion fiscale

Editeurs de logicielsERPLogicielsProjets
9 6 Donnez votre avis

L’éditeur de progiciels Cegid met la main sur Alteven, un spécialiste de la gestion fiscale des grandes entreprises. Créé en 2008, ce dernier compte 220 clients en France.

Le 6ème éditeur français (selon le dernier classement Truffle) poursuit sa politique de rachats avec la reprise d’Altaven, éditeur de solutions fiscales pour les grandes entreprises basé à Paris. Créé en 2008, Altaven compte une trentaine de collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros en 2014. Plus de 50 % de ce total provient de revenus récurrents, assure Cegid dans un communiqué. La solution Optim’is de Altaven, disponible sur site ou en mode Saas, compte quelque 220 clients en France (dont 90 % du CAC 40 selon le site de la société). Elle permet de collecter, contrôler, déclarer et analyser l’ensemble des impôts et taxes payés par une entreprise.

La start-up parisienne a bénéficié du programme Idées de Microsoft , a reçu le soutien d’Oséo et comptait parmi ses actionnaires XAnge Private Equity (le fonds de La Poste), CM-CIC Capital Privé (groupe Crédit Mutuel) et… Cegid, qui figurait déjà au capital de la société.

Déploiement à l’international

Altaven bénéficiera d’un statut de filiale indépendante au sein du groupe et intègrera les équipes de Cegid spécialisées dans la gestion fiscale. Soit la constitution d’un pôle regroupant au total plus de 50 personnes, détaille l’éditeur lyonnais. Le rapprochement doit permettre d’entamer le déploiement à l’international des solutions d’Altaven, en Europe et en Afrique.

Ces derniers mois et années, Cegid a mené une politique de rachats ciblés visant des éditeurs d’applications spécialisées. Il y a quelques semaines, le Lyonnais mettait ainsi la main sur l’Américain JDS Solutions, concepteur de solutions pour le commerce spécialisé.

La société dirigée par Patrick Bertrand (à gauche sur la photo, à côté de Jean-Michel Aulas, le président) a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 266,6 millions d’euros, dont près de 50 millions en mode Saas. Sur cet exercice, le groupe avait dégagé un bénéfice de 22 millions d’euros.

A lire aussi :
Cegid dévoile ses atouts technologiques face aux géants de l’ERP
Cegid met le commerce connecté à l’honneur


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur