Android supportera bientôt les applications Windows !

MobilitéOSOS mobilesPoste de travail
Windows 8 Intel Microsoft © Microsoft
8 28 Donnez votre avis

CrossOver devrait prochainement apporter la compatibilité avec les applications Windows sous Android. Uniquement sur les terminaux mobiles x86… dans un premier temps.

CodeWeavers promet de livrer prochainement une version de CrossOver adaptée aux terminaux mobiles Android. CrossOver permettra de faire fonctionner les applications Windows sur des smartphones et tablettes Android, et ce avec le moins d’impact possible sur les performances.

L’éditeur s’appuie pour ceci sur Wine, implémentation Open Source des API de Windows, qui fonctionneront nativement sur les machines Android. Cet outil reste toutefois limité aux tablettes et smartphones pourvus de puces x86, dont la présence est nécessaire pour exécuter le code des applications Windows. Des travaux sont en cours pour combiner des API natives en mode ARM à une émulation x86 pour le code de l’application, assurée par QEMU.

La version Android de CrossOver devrait voir le jour d’ici la fin de l’année. Les modifications apportées à Wine seront reversées à la communauté Open Source (CodeWeavers est le principal contributeur de ce projet).

À quand le support ARM ?

Grâce à CrossOver, certains terminaux mobiles Android vont gagner la compatibilité avec les applications Windows, et ce aussi bien en mode 32 bits que 64 bits ou même 16 bits (chose impossible avec Windows, qui se borne soit au support 16/32 bits, soit au support 32/64 bits).

Cette nouvelle offre ne devrait que booster modérément l’activité de CodeWeavers, du fait de la non-compatibilité avec les terminaux mobiles ARM. Le support des applications Windows sur les puces ARM 32 bits (via une combinaison de Wine et de Qemu) semble toutefois arriver à maturité. CodeWeavers pourrait donc être bientôt en mesure d’adresser également le marché des ordinateurs Android utilisant des puces ARM.

L’intérêt de CrossOver/Wine est de proposer sa propre implémentation des API de Windows, DirectX compris. Plus besoin de disposer d’une licence de Windows. Contrepartie, la compatibilité avec les applications Windows est variable, même si en constant progrès.

Des alternatives encore peu convaincantes

Diverses adaptations de Qemu, Bochs ou DosBox permettent de lancer les applications venant du monde PC. La lenteur est toutefois la plupart du temps au rendez-vous sur les machines ARM. Aussi il faudra au mieux se contenter de Windows 95/98 comme OS. Un brusque retour en arrière (mais qui donne quand même accès à une large logithèque de titres Windows 32 bits de première génération).

Eltechs propose une solution intéressante, ExaGear Desktop, capable de lancer des logiciels x86 lourds, comme Skype, sur des machines ARM. ExaGear Desktop n’est toutefois accessible que sous Linux. L’application supporte les applications Linux x86 ou Windows, via Wine… en version x86 – chose malheureusement peu optimale. L’éditeur propose également une solution adaptée aux terminaux mobiles Android à base de puces ARM, mais elle reste limitée au support de quelques rares jeux PC.

À lire aussi :
Internet Archive utilise Dosbox pour déployer des jeux DOS sur le web
Les applications x86 s’invitent sur les puces ARM
Le code source de CP/M libéré sur la Toile


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur