Bouygues Telecom toujours en perte malgré la hausse du parc clients

4GMobilitéOperateursRégulationsRéseaux

Malgré des recrutements toujours en hausse, le chiffre d’affaires et le résultat de Bouygues Telecom poursuivent leur baisse au premier trimestre.

L’offensive tarifaire, notamment dans le fixe, de Bouygues Telecom décidée après l’acquisition manquée de SFR l’année dernière continue de payer en matière de recrutements. Au premier trimestre, l’opérateur voit son parc d’abonnés progresser. Sur les offres fixes, la filiale du constructeur a gagné 96 000 nouveaux clients. Sans préciser le taux de répartition entre les offres : Bbox Miami, ADSL ou Mini (bien que cette dernière semble avoir disparu du catalogue de l’offre en ligne). Le parc total de clients Bbox s’élève à 2,52 millions (dont 378 000 en très haut débit à plus de 30 Mbit/s). Soit près de 4% de hausse par rapport au premier trimestre 2014.

Le parc mobile progresse également, de 152 000 lignes, sur le trimestre. Probablement en parti sur le dos de Numericable-SFR qui a perdu 2,5% de sa base sur la même période (autour de 400 000). Si Bouygues Telecom gagne 197 000 nouveaux forfaits sur la période, cette hausse de près de 2%, est impactée par le recul de 45 000 comptes prépayés. Au total, le parc mobile s’élève à 11,27 millions. Soit une modeste hausse de 1,4%. 3,5 millions de clients ont adopté la 4G au 31 mars 2015. Soit 31% du parc mobile contre 13% un an plus tôt. L’opérateur nous apprend qu’ils consomment 2,2 Go de données mensuelles en moyenne dont un quart d’entre eux atteignent régulièrement la limite de leur forfait 3 Go. Une bonne opportunité pour les pousser vers les offres supérieures à meilleure marge.

Légère hausse des investissements

Mais la hausse du parc clients ne suffit pas à compenser le recul financier dû à la compression des tarifs avec un chiffre d’affaires toujours en recul (de 2%) à 1,1 milliard d’euro et un résultat de l’activité réseau de 4% à 932 millions. L’Ebitda se stabilise à 118 millions. Une stabilisation tirée des économies de coûts réalisées dans le cadre de plan de restructuration mis en route fin 2013. S’il s’améliore de 2 millions par rapport à 2014, le résultat opérationnel n’en reste pas moins dans le rouge à -62 millions.

Le groupe prévoit une stabilité de l’Ebitda pour l’année avec une légère hausse des investissements nécessaires pour mettre en œuvre la mutualisation d’une partie du réseau mobile dans le cadre de l’accord signé avec Numericable-SFR (SFR à l’époque) pour lequel l’entreprise a dû comptabiliser 22 millions d’euros de charges non courantes. Mais aussi dans le développement du réseau fixe, particulièrement dans le déploiement de la fibre optique à domicile. Bouygues Telecom vise les 2 millions de foyers FTTH couverts d’ici la fin de l’année (mais dont il restera à déployer les prises jusqu’aux domicile, via Orange essentiellement). Certes en retrait de ses concurrents mais son réseau lui permettra en partie de s’affranchir des infrastructures de ses fournisseurs historiques, Orange pour l’ADSL et Numericable pour le très haut débit.

Retour au vert en 2016

L’horizon devrait s’éclaircir en 2016, annonce l’opérateur. Les 300 millions d’économies (par rapport à fin 2013) attendus de la restructuration joueront pleinement en 2015 et devraient ouvrir la voie à un retour positif de la trésorerie. Un discours déjà martelé lors de la présentation des résultats annuels 2014.

Alors que Bouygues Telecom fait figure de cible de choix dans un mouvement de consolidation du secteur en France, et en Europe, Martin Bouygues a réitéré sa volonté de développer l’activité télécom. Si les rumeurs de rachat de l’opérateur par Altice (la holding de Patrick Drahi propriétaire de Numericable-SFR) reviennent régulièrement, le patron du groupe de construction ne cesse de démentir affirmant qu’il se positionne comme l’acheteur naturel de SFR ou Free. A voir alors que le chiffre d’affaires du groupe dans son ensemble a reculé de 2% à 6,7 milliards d’euros pour une perte de 157 millions d’euros.


Lire également
Numericable-Bouygues Telecom : fusion anticipée, mais risquée
Internet des objets : Bouygues Telecom ouvre le premier réseau LoRA en France
Bouygues Telecom : la couverture 3G de Free mobile ne passe pas


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur