CDN : Apple négocie avec les opérateurs pour interconnecter ses serveurs

Réseaux

Alors que la construction de son CDN avancerait à grands pas, Apple négocierait des interconnexions directes de ses serveurs avec les réseaux des FAI américains.

En février dernier, on apprenait qu’Apple entreprenait de construire son CDN (content delivery networks), son propre réseau de serveurs caches qui permet de transporter du contenu au plus près des utilisateurs finaux. Si la firme de Cupertino s’appuie aujourd’hui sur des prestataires pour assurer ce service, comme Akamai depuis 1999, l’entreprise semble décidée à opérer sa propre infrastructure.

Une démarche qui semble se confirmer. « Depuis ma publication [en février], Apple a été très occupés à déployer un grand nombre de boîtes exécutant Apache Traffic Server et par l’achat de tonnes de transit, de colocation, de longueurs d’ondes autres services d’infrastructure, note le blogueur Day Rayburn de StreamingMedia et analyste chez Frost & Sullivan. Leur CDN avance rapidement et la diffusion d’une partie de leurs contenus depuis leur nouveau CDN ne devrait plus se faire attendre très longtemps, maintenant. »

Améliorer l’expérience client

Outre ses contenus audio et vidéo, musiques, films et séries TV distribuées depuis l’iTunes Store, Apple a multiplié les bouquets de services ces dernières années avec le lancement de la plate-forme iCloud. Sans oublier les mises à jour récurrentes (bien que peu fréquentes) des plates-formes (iOS et OS X) dont les téléchargements encombrent les serveurs à la limite de la saturation dans les premières heures. Maîtriser son propre CDN permettrait ainsi à Apple d’améliorer l’expérience client et, potentiellement, de réduire ses coûts.

La firme créée par feu Steve Jobs serait donc en train de négocier avec les principaux fournisseurs d’accès Internet américains l’interconnexion directe à leur réseau. Négociations techniques, pour brancher les tuyaux d’Apple sur ceux des FAI, et probablement financières. Au risque que, à termes, certains FAI offrent une meilleure qualité des services de Cupertino que d’autres aux utilisateurs finaux.

Tordre le cou à la neutralité du Net

Une façon de tordre le coup à la fameuse neutralité du Net qui veut que chacun accède de manière égalitaire à l’ensemble des sites et services du web mais qui a pris du plomb dans l’aile aux Etats-Unis ces derniers temps. Le mois dernier, la Federal Communications Commission (FCC, le régulateur américain des télécoms) déposait un projet de loi autorisant les FAI à privilégier le trafic des fournisseurs de contenus avec lesquels ils auront passé des accords commerciaux. L’argument avancé étant de permettre aux opérateurs de poursuivre leurs investissements d’infrastructure grâce aux nouvelles sources de revenu.

Le débat s’est notamment accéléré avec les accords d’accès rapides (fast lanes) signés entre le diffuseur de vidéo Netflix et les opérateurs Verizon et Comcast. Ces derniers reprochaient au premier un taux faramineux d’occupation de la bande passante (jusqu’à un tiers du trafic aux heures de pointe) ne garantissant ainsi pas une qualité suffisante du service vidéo à ses abonnés finaux. Plutôt que de risquer de les perdre, Netflix a choisi de négocier des accès directs alors qu’il estimait que ses serveurs méritaient un traitement sans contrepartie financière. Si Netflix s’en est plaint, ce n’est visiblement pas le cas d’autres gros consommateurs de ressources réseau, comme Google, Facebook, Microsoft, Yahoo ou Amazon, qui s’appuient également sur leurs propres CDN, selon StreamingMedia. Cela ne les a pas empêcher d’exprimer leur opposition au projet de la FCC.

Les coûts d’interconnexion induits dans le CDN

Un débat dans lequel Apple n’est pas rentré publiquement. Mais il semble que le constructeur de l’iPhone choisisse le pragmatisme en négociant l’interconnexion directe de ses CDN avec les opérateurs. Ce qui lui ouvrira la maîtrise totale de l’ensemble de la fourniture de ses services, du hardware/OS à la connexion au terminal, afin de mieux exploiter la fidélité du client final. Des interconnexion qui s’ajouteront certes aux coûts d’exploitation de son CDN mais qui resteront toujours moins onéreux que si l’entreprise devait construire son propre réseau de télécommunication…


Lire également
Telefónica adopte le CDN d’Akamai sur son réseau
Paquet télécom : le Parlement européen conforte la neutralité du Net


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur