Contrefaçon des disques durs : Seagate fait appel à la blockchain d’IBM

Blockchain

Pour parer à la contrefaçon de ses disques durs, Seagate a choisi de les authentifier et de suivre la chaîne d’approvisionnement grâce à la blockchain, en faisait appel à IBM.

Seagate et IBM s’associent afin de réduire la contrefaçon des disques durs du leader mondial des solutions de stockage de données grâce à la technologie blockchain.

Le groupe fondé en 1979 précise, dans une contribution de blog, que selon l’International Anti-Counterfeiting Coalition, le commerce mondial de produits électroniques contrefaits et piratés a atteint plus de 1,7 billion de dollars (1700 milliards).

Une clé inscrite sur le produit et dans la blockchain

Les disques durs vont ainsi bénéficier d’une protection accrue grâce à des signatures cryptographiques similaires à celles qui garantissent que chaque bitcoin est unique.

Concrètement, afin de vérifier les hdd, Seagate apposera en effet désormais un marqueur physique eID (technologie d’identification électronique sécurisée Seagate) sur chaque produit, qui comprendra une clé électronique. Celle-ci sera ensuite stockée dans la blockchain d’IBM.

Cette clé peut être vérifiée à tout moment pour s’assurer que le produit envoyé en aval de la chaîne d’approvisionnement est bien le disque dur authentique produit par Seagate.

La plateforme blockchain d’IBM

Basée sur Hyperledger Fabric maintenue par la Fondation Linux, mais dont Big Blue est à l’origine, la plate-forme blockchain d’IBM permet d’ajouter et / ou de visualiser les données de la blockchain suivant des niveaux d’autorisation accordés.

La blockchain garantit un enregistrement immuable des événements, ce qui permet de confirmer la provenance du produit aux utilisateurs finaux.

«La technologie Blockchain peut être extrêmement efficace pour confirmer la provenance et l’authenticité des actifs», explique Bruce Anderson, directeur général mondial du secteur électronique d’IBM. «La capacité de travailler avec Seagate pour combiner la chaîne de blocs à une technologie d’identification cryptographique avancée est ce qui distingue ce travail et indique le potentiel de la chaîne de blocs pour réinventer les processus de gestion du cycle de vie des produits électroniques. Les composants électroniques contrefaits constituent un problème mondial qui nécessite un effort de résolution des problèmes à l’échelle de l’écosystème.

Mark Re, vice-président directeur et directeur de la technologie au sein de Seagate, d’ajouter « qu’IBM possède une longue tradition d’innovation technologique, comme en témoigne son leadership sur le marché de la technologie blockchain pour la provenance des produits dans diverses industries».

Dans une même logique de garantie de l’authenticité des produits, IBM a lancé officiellement en octobre dernier son service basé sur la blockchain IBM Trust Food permettant d’effectuer un suivi des produits alimentaires, avec comme nouveau partenaire Carrefour.

(crédit photo : Robert Scoble via VisualHunt.com / CC BY)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur