Free accélère le dégroupage de son réseau ADSL

Réseaux
crédit photo © Mikhail hoboton Popov - shutterstock

Free entend dégrouper 1500 répartiteurs ADSL dans les 12 prochains mois. De quoi couvrir 1,5 millions de nouveaux foyers.

Free va encore accentuer son taux d’abonnés dégroupés, qui s’élève actuellement à 93,6 % selon ses derniers résultats. L’opérateur vient en effet d’annoncer un nouveau plan d’investissement visant à étendre toujours plus loin son réseau ADSL sur le territoire français.

Dans un communiqué, Free annonce avoir passé une commande, auprès de France Télécom, pour raccorder et dégrouper 1500 nouveaux répartiteurs (NRA) sur plus de 2660 communes. Une vingtaine de départements sont concernés. Au terme de cette opération, programmée sur les 12 prochains mois, Free exploitera quelque 6000 répartiteurs en France.

On est encore loin des plus de 15.000 répartiteurs de l’opérateur historique mais la filiale d’Iliad se rapprochera, voire dépassera, son concurrent SFR qui en exploite plus de 5000 aujourd’hui. Ce dernier n’en poursuit pas moins la construction de son réseau avec 53 nouveaux répartiteurs dégroupés pour le seul mois d’août.

1,5 million de foyers nouvellement éligibles

Les nouveaux apporteront les offres haut débit dégroupées de Free à 1,5 million de ménages précédemment inéligibles. Ce taux de couverture devrait s’accentuer avec les premiers NRA-MeD (Montée en Débit) déployés par France Télécom et les collectivités locales. Ces « sous-répartiteurs » se rapprochent des utilisateurs afin de palier la perte du signal ADSL qui s’effrite avec la distance entre la prise téléphonique et le central téléphonique. Ils visent ainsi à combler les zones blanches. Le premier NRA-MeD sera livré au cours du premier trimestre 2013. Mais Free n’en précise ni la zone ni le nombre de foyers concernés.

En parallèle du dégroupage ADSL, Free va poursuivre (reprendre, diront les mauvaises langues) ses déploiements de fibre optique à domicile (FTTH). Notamment dans les villes moyennement denses. Les premières servies devraient être Brest, Reims, Le Havre et Dijon avec des raccordements initiaux annoncés pour début 2013. Un déploiement effectué dans le cadre de l’accord de coinvestissement précédemment signé avec France Telecom. « Beaucoup d’autres villes et agglomérations suivront », ajoute l’opérateur mais sans préciser lesquelles ni quand. Free a récemment bénéficié d’un prêt de la banque européenne d’investissement pour accélérer la construction de son réseau très haut débit.

Crédit photo © Mikhail hoboton Popov – Shutterstock


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous Free ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur