Le HSPA+ 42 Mbit Dual Carrier chez quels opérateurs ?

MobilitéOperateursRéseaux
hspa 42 mbit dual carrier operateurs (crédit photo © carlosgardel - shutterstock)

L’arrivée de l’iPhone 5 a accéléré les offres HSPA+ Dual Carrier chez les opérateurs. Mais le 42 Mbit/s est-il le même pour tous ?

En annonçant ses nouveaux forfaits, en début de semaine, SFR a insisté sur la qualité de son réseau et la montée des débits en mobilité. Notamment sur le Dual Carrier, ou HSPA+, qui permet de proposer des vitesses de connexion en réception de 42 Mbit/s théoriques (et 5,8 Mbit/s en émission). Une offre désormais proposée en standard dans ses nouvelles Formules Carrées à partir de 49,99 euros TTC mensuels et 2 Go de données.

Faut-il pour autant se précipiter sur les offres de SFR pour surfer à très haute vitesse ? Pas sûr. D’abord parce que peu de smartphones sont aujourd’hui compatibles avec le HSPA+ en France à l’exception de l’iPhone 5 et du très prochain Galaxy Note 2 (ou les clé 3G+ type Huawei E372 et E587). SFR nous fait remarquer que les tablettes iPad 3 et Nexus 7 supportent également le 42 Mbit/s. Néanmoins, les terminaux compatibles 21 Mbit/s (les Samsung Galaxy S2, S3 et Note, HTC One X, iPhone 4S, etc.) apportent déjà un confort appréciable.

Quels opérateurs ?

Ensuite, SFR n’est pas le seul opérateur à proposer le 42 Mbit/s. On le retrouve chez ses concurrents Orange et Bouygues Telecom qui ont, peu ou prou lancé le HSPA+ à 42 Mbit/s il y a bientôt un an déjà. SFR précise cependant que, contrairement à ses concurrent, il s’appuie sur la technologie DC-HSDPA qui délivre du « vrai » 42 Mbit/s tandis que la technologie alternative HSPA+ (H+) démarre à 21 Mbit/s. Chez Orange, on évoque d’ailleurs le service en précisant « jusqu’à 42 Mbit/s ». Et, au delà de la tablette d’Apple et de clé, aucun terminal n’est associé à l’offre. Une nuance qu’il conviendra, dans les fait, de constater à travers le développement des usages.

Chez Orange, le 42 Mbit/s est notamment accessible avec les offres Origami Jet 3 Go de données à partir de 49,90 euros TTC par mois (sans terminal subventionné). Même tarif chez Bouygues Telecom, qui ne parle pas non plus de Dual Carrier mais du HSPA+, où le très haut débit mobile est proposé en standard, depuis mars dernier, avec les forfaits Eden Smartphone mais pour 1 Go. Sur ce terrain, SFR est donc plus cher de 9 centimes que ses concurrents mais propose deux carte SIM (dont une pour la tablette).

Le cas Free Mobile

En revanche, la haute vitesse n’est pas encore à l’ordre du jour chez Free Mobile. Dans sa documentation tarifaire de septembre 2012, l’opérateur indique un « débit maximum théorique en réception jusqu’à 14 Mb/s ».

Et pour cause ! Pour faire du dual carrier, il faut disposer de deux canaux de 5 MHz (Dual Carrier) qui seront occupés par les smartphones compatibles. Les 10 MHz que Free Mobile possède dans chacune des bandes 900 MHz et 2100 MHz de la 3G ne lui donnent pas les ressources nécessaires pour offrir le 42 Mbit/s et assurer le maintien de l’offre pour les terminaux non 21 ou 42 Mbit/s.

Le Dual Carrier sera certainement possible avec la mise en place du « dual frequency » qui permettra d’agréger les porteuses de chacune des deux bandes 900 MHz et 2100 MHz. Peut-être dès 2013. Une amélioration de service qui profitera en tout cas probablement à l’offre illimitée à moins de 20 euros TTC les 3 Go du nouvel entrant.

Quelle couverture ?

L’accessibilité du 42 Mbit/s sur le territoire s’inscrit cependant comme un autre critère de choix d’un forfait haut débit mobile. Là aussi, les trois opérateurs historiques se tiennent au coude à coude sur le papier. Orange annonçait avoir couvert 50 % de la population en avril dernier.

Il a été rejoint par Bouygues Telecom en juin. Pour la fin de l’année, Orange et SFR prévoient un taux de couverture de 60 % (SFR évoque 63 % sur son site mais 60 % dans ses communiqués de presse). Bouygues Telecom ne se prononce pas encore. Quant à Free, qui a débuté la construction de son réseau en 2011, on sait seulement que son réseau 3G (14 Mbit/s, donc) approchait les 31 % de la population début mai.

Néanmoins, il est intéressant de vérifier l’état de la couverture effective selon l’endroit où vous vous trouvez principalement. Les opérateurs fournissent pour cela des outils en ligne (celui d’Orange est ici, celui de SFR est , et celui de Bouygues Telecom sur cette page).

Cependant, le 42 Mbit/s n’y est pas forcément toujours spécifié. Sur ce point, Bouygues Telecom propose également le fichier PDF de la liste (non exhaustive) des villes couvertes en 42 Mbit/s. « Une ville présente dans la liste signifie qu’au moins 75  % des sites radio 3G de la ville sont des sites radio 42 Mb/s », précise l’opérateur. Free Mobile ne semble pas proposer d’équivalence. On pourra éventuellement se tourner vers ce site pour avoir une idée de leur offre.

Le choix se trouve dans les options

En conclusion, à l’exception de Free Mobile, l’offre HSPA+ Dual Carrier à 42 Mbit/s est opérationnelle chez tous les opérateurs, avec des taux de couverture peu ou prou équivalents sur le papier (mais qu’il conviendra néanmoins d’affiner selon sa situation personnelle). Mais SFR entend se distinguer avec l’adoption de la technologie Dual Carrier sur son réseau et dans ses offres qui apporte du 42 Mbit/s optimal. Encore une fois, seul les usages permettront de distinguer les différences entre les offres de services.

Quant aux forfaits, ils démarrent tous à moins de 50 euros avec des options plus ou moins intéressantes, et deux ans d’engagement. Difficile de choisir clairement une offre sur le seul critère de la vitesse du réseau, donc, chez les trois historiques. Au final, ce pourrait être les options forfaitaires (plus ou moins de données d’échange, du stockage cloud, le support, etc.) qui feront la différence.

Crédit photo © Carlosgardel – Shutterstock

(Article mis à jour le 1er octobre.)


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur