Les ventes de Sony Ericsson s’effondrent en 2011

OS mobilesRégulationsRéseauxSmartphones
Résultats

Sony Ericsson voit ses ventes chuter de 20 % d’une année à l’autre dans un contexte économique difficile. La nouvelle stratégie mise en oeuvre avec l’intégration des parts d’Ericsson par Sony, doit sortir le groupe du rouge. Mais en cas d’échec ?

Sony Ericsson vient de publier ses résultats du quatrième trimestre 2011 qui clôt l’exercice fiscal de l’année. Des résultats en baisse. Sur l’année, le constructeur a généré 5,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires contre 6,3 milliards l’an dernier. Soit une baisse de 17,4 %, alors que le coût moyen des terminaux vendus a augmenté, passant de 146 euros l’unité en 2010 à 152 euros en 2011.

Mais l’augmentation tarifaire ne permet pas de compenser la baisse des ventes. Lesquelles s’établissent à 34,4 millions d’unités dans le monde, contre 43,1 millions l’année précédente (-20 %). Pire, les ventes semblent s’effriter de trimestre en trimestre. Alors que Sony Ericsson distribuait 9,5 millions de terminaux mobiles au cours de l’été, il en vendait à peine 9 millions à l’automne, trimestre pourtant propice aux bonnes affaires avec la période de Noël. Surtout, l’entreprise accuse une chute de près de 20 % par rapport à la même période fin 2010 (avec 11,2 millions de terminaux vendus).

28 millions de Xperia vendus

Résultat, la marge opérationnelle s’effondre à -4 % sur l’année (-18 % au 4e trimestre) contre 3 % en 2010. Les revenus net s’affichent dans le rouge : -247 millions d’euros (dont -207 million pour le seul dernier trimestre 2011, décidément bien sombre). Concernant sa gamme de smartphones, fer de lance du renouveau du catalogue, Sony Ericsson a vendu 28 millions de modèles Xperia sous Android depuis son lancement en 2009.

« Nos résultats du quatrième trimestre reflètent une concurrence intense, les conditions défavorables et les effets macroéconomiques d’une catastrophe naturelle en Thaïlande au cours du trimestre, justifie Bert Nordberg, PDG de Sony Ericsson. Nous alignons nos activités pour répondre à la rentabilité et aux besoins des clients. »

Stratégie de convergence des contenus

Alignement accéléré en fin d’année avec l’annonce en octobre dernier du rachat par Sony des parts de la co-entreprise détenues par son partenaire, l’équipementier Ericsson. Cette opération, qui devrait être finalisée avant la fin du trimestre, va permettre à Sony d’intégrer la partie terminaux mobiles dans sa division produits et services afin de développer une stratégie de convergence des services et contenus qui doit hisser le constructeur à la troisième place du marché des smartphones en France.

« En dépit de ces défis, en 2011, nous avons réorienté nos activités à partir des feature phones pour les smartphones Android et notre base de ventes de smartphones a augmenté de 65 % en glissement annuel dans le trimestre, se rassure le dirigeant. Le portefeuille Xperia, dont la série a récemment annoncé le Xperia NXT, servira de pierre angulaire de notre gamme de téléphones intelligents en 2012. » Mais en cas d’échec, Sony pourrait alors réfléchir à l’intérêt de poursuivre ses activités sur un marché des plates-formes Android dominé par Samsung et HTC, et sur lequel LG compte bien revenir en force, sans oublier les ambitions agressives des chinois Huawei et ZTE.

Crédit photo © Paul Fleet – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur