Macario Namie, Jasper : «Le Fast Data est la promesse de l’Internet des objets/M2M»

DSILogicielsM2MMiddlewareMobilitéProjetsRéseaux

Responsable stratégie pour Jasper, Macario Namie nous expose, depuis le MWC 2015, sa vision du marché de l’Internet des objets/M2M.

Barcelone« Nous aidons les entreprises à passer de la vente de produits à la vente de services. » C’est ainsi que Macario Namie (notre photo), vice-président stratégie de Japser, résume l’activité de l’un des principaux acteurs du marché M2M mondial. Jasper fournit, depuis 10 ans, une plate-forme M2M/Internet des objets (IoT) en modèle Saas afin d’offrir aux entreprises une gestion centralisée de leurs services autour de l’Internet des objets connectés aux réseaux mobiles (donc équipées de SIM). Concrètement, la solution permet de gérer le déploiement et la connectivité des objets, le réseau et les services associés, comme la facturation, à travers les applications métiers qui les exploitent.

Rencontré dans le cadre du Mobile World Congress (MWC) 2015 de Barcelone, Macario Namie nous a ainsi montré comment un pomiculteur aux États-Unis gère sa production de pommes grâce à des capteurs détectant la présence des papillons et éviter que ces dernier ne viennent pondre dans les fruits en les chassant à l’aide d’un phéromone. Une solution 100% écologique, assure-t-il. Ou encore comment la connectivité d’un robot d’une chaîne de montage permet de diagnostiquer à distance l’origine d’une panne afin de raccourcir au maximum l’arrêt de sa production en évitant déplacements et rapports humains. Sans oublier le classique distributeur de boissons et sucreries qui envoie une alerte au fournisseur quand un produit vient à manquer. « Nous apportons de la visibilité en temps réel », schématise le responsable.

7 milliards d’événements par mois

Une offre qui séduit. Les Français Air Liquide, Peugeot et Ingenico comptent parmi ses plus de 1900 entreprises clientes dans plus de 20 secteurs industriels dans le monde. Associé à 25 opérateurs qui couvrent plus de 100 réseaux mobiles, Jasper est en mesure d’assurer la connectivité d’un point à l’autre de la planète. Dernière annonce en date, la signature, dans le cadre du MWC, du partenariat avec China Unicom qui ouvre à Jasper, et ses clients, les portes de la Chine. Le fournisseur américain s’appuie de son côté sur 12 datacenters répartis sur la planète pour assurer le traitement du signal. Si notre interlocuteur refuse de nous dire combien d’objets connectés, en 2G, 3G, 4G et fixes, sont ainsi gérés par ses serveurs, il assure que leur nombre se compte en dizaines de millions. « Nous traitons 7 milliards d’événements” par mois. Après le Big Data, le “Fast Data” est la promesse de l’IoT », déclare Macario Namie.

Pour lui, le marché est aujourd’hui mature. « Il y a 4 ans, les entreprises ne comprenaient pas en quoi le M2M et l’IoT pouvaient être utiles à leur activité. Aujourd’hui, elles commencent à déployer. Nous voyons un véritable engouement. Pour elles, la question n’est plus de savoir s’il faut y aller mais quand et comment. » Un marché au potentiel suffisamment immense pour ne pas s’inquiéter de la concurrence, selon le responsable. Y compris celle d’Ericsson qui accélère le développement de ses services sur le segment du M2M. « Il y a tellement d’entreprises qui doivent intégrer l’IoT qu’il y a de la place pour tout le monde, assure notre interlocuteur. On en est qu’aux prémices. » Le cabinet IDC prévoyait, en juin 2014, que le secteur de l’IoT générerait plus de 7 billions (mille milliards) de dollars en 2020 contre moins de 2 en 2013.

Le M2M français, un marché sain

Quand aux opérateurs-intégrateurs, qui commercialisent potentiellement les mêmes services, ils sont vus comme des partenaires. « Nous partageons du revenus avec eux. Nous travaillons main dans la main pour fournir la solution. » Notamment pour la distribuer. Orange, qui à travers sa branche Business Services (OBS), ne figure néanmoins pas parmi les partenaires de Jasper. Et pour cause, OBS dispose de sa propre plate-forme M2M fournie par… Ericsson. C’est peut-être en partie ce qui explique que « le marché français M2M est très sain, estime Macario Namie. Il y a eu des adopteurs précoces avec le suivi de flottes et le “smart monitoring” ». Paradoxalement, le fournisseur qui compte 450 personnes dans ses rangs n’a pas encore ouvert de bureau en France alors qu’il est présent dans les pays voisins, Royaume-Uni et Allemagne notamment.

La 5G portera-t-elle la croissance de l’IoT ? « Nous avons besoin d’un réseau pour connecter des objets à longue durée de vie à des coûts très bas. Or, les réseaux cellulaires ont été créés pour les gens et ne répondent pas de manière optimale aux besoins des objets. La 5G apportera cette opportunité à travers des réseau longue portée à faible consommation comme celui de Sigfox. » Si la technologie de la start-up française a ses chances pour entrer au panthéon de la 5G, son acceptation est cependant loin d’y être assurée comme nous l’expliquait Michel Corriou de l’Institut technologique B-Com.

A Barcelone, Jasper a également étendu ses partenariats. L’entreprise a signé des accords avec Salesforce et SAP dont les utilisateurs pourront « lancer, gérer et monétiser des services de l’Internet des objets dans le monde » depuis leurs solutions.


Lire également
1 développeur sur 5 travaille pour l’Internet des objets
DigiWorld Summit : les 4 scénarios de l’Internet en 2025
MWC 2015 : l’Internet des objets passera par le LTE-M selon Nokia


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur