Métiers : portrait-robot du développeur en France

DéveloppeursProjets

Les Bac+4/5 sont les plus demandés, mais les développeurs autodidactes ne sont pas en reste de l’Île-de-France à l’Occitanie, selon LesJeudis.

Le site d’emploi des métiers informatiques et web Lesjeudis (groupe CareerBuilder) publie un panorama du recrutement de développeurs en France.

Ce panorama s’appuie sur l’analyse de 233 000 annonces (74 367 offres d’emploi hors doublons) diffusées en France, en 2018, et sur l’étude de profils de développeurs présents dans la base de CV du site. Un portrait-robot s’en détache.

La communauté étudiée est largement masculine (88% d’hommes, 12% de femmes). Par ailleurs, 58% des développeurs ont un niveau de formation Bac+4/5. Une minorité est titulaire d’un doctorat. Quant aux développeurs de niveau Bac+2/3 et aux autodidactes, ils forment ensemble 40% (20% chacun) de la population de programmeurs étudiée.

Qu’en est-il des attentes des employeurs ?

Les recruteurs recherchent avant tout des profils de niveau Master (56%), puis des Bac+2/3 (33%). Mais d’autres profils ont leurs cartes à jouer. D’autant plus que la demande du marché en développeurs est supérieure à l’offre de compétences disponibles.

Dans ce contexte, les employeurs proposent en priorité aux développeurs des contrats de travail à durée indéterminée (CDI, 82%) et à temps plein. Mais les développeurs peuvent préférer l’indépendance et se détourner de projets jugés trop peu rémunérateurs.

Talents, projets, salaires

La demande d’expertise surpassant l’offre, « ce sont les développeurs qui donnent le tempo et fixent les règles du jeu » en matière de recrutement, a déclaré Servanne Morin, responsable communication et partenariats du groupe LesJeudis.

Et d’ajouter : « pour attirer un développeur, ce qui compte avant tout c’est certes le contenu du projet sur lequel le candidat devra s’investir, mais aussi la capacité de l’entreprise à le faire évoluer et à bien communiquer. »

Communiquer est une chose, remunérer le travail en est une autre. Or, selon une autre analyse, celle du site dédié à la programmation informatique CodinGame, le salaire est le principal critère de choix du développeur.

Des rémunérations qui sont plus élevées en Île-de-France. De surcroît, selon LesJeudis, Paris et sa région concentrent 39,4% des annonces à l’attention de développeurs. La région Auvergne-Rhône-Alpes (13,8% des offres étudiées) et l’Occitanie (9,1%) se positionnent aux 2e et 3e rangs.

Java privilégié

Les recruteurs passés par LesJeudis plébiscitent les 4 langages de programmation suivants :

1. Java (cité comme un pré-requis dans 27% des annonces étudiées)
2. JavaScript (21%)
3. SQL (18%) pour la gestion de bases de données
4. PHP (16%)

Si JavaScript et Java font aussi partie du top 4 des langages les plus utilisés par les développeurs, ce n’est pas le cas pour SQL et PHP. Ils citent plus volontiers Python, C++ et C#.

Pour illustrer ces données, le groupe LesJeudis propose l’infographie ci-dessous :

(crédit photo de une : Negative Space via Pexels / CC0 license)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur