Le DSI de Numericable arrive chez SFR pour réduire les coûts de l’IT

OperateursRéseaux

La direction de la nouvelle entité SFR-Numericable est largement issue de Numericable Group. Seuls deux responsables extérieurs au groupe restent en place.

A peine plus de quinze jour après le feu vert de l’Autorité de la concurrence, le ménage a commencé à la direction du nouvel ensemble SFR-Numericable dont la constitution sera définitivement approuvée lors de l’assemblée générale extraordinaire de Numericable Group qui se tiendra le 27 novembre prochain.

L’essentiel de la nouvelle équipe dirigeante est issue de Numericable. A commencer par son PDG, Eric Denoyer (photo), dont les fonctions à la tête de la nouvelle entité sont confirmées, rapporte Les Echos. Il sera entouré d’Eric Klipfel (directeur général B2C), de Thierry Lemaitre (directeur financier), d’Angélique Benetti (directrice contenu), de Philippe Le May (directeur technique), d’Olivier Urcel (directeur des systèmes d’information), d’Eric Pradeau (directeur de la division opérateur) et de Jérôme Yomtov (directeur général délégué).

Deux dirigeants extérieurs seulement

Côté SFR, toutes les têtes sont tombées à l’exception de François Rubichon appelé à prolonger ses fonctions de directeur des ressources humaines, des affaires générales et de l’organisation au sein du nouvel ensemble. Autre responsable extérieur au noyau Numericable : Pascal Rialland. Le directeur de Virgin Mobile, MVNO également en cours d’acquisition par Numericable, aura la responsabilité d’animer le réseau de distribution et le commerce grand public de Numericable-SFR.

Les cinq membres (sur six) du comité exécutif de SFR sont donc débarqués. Il s’agit de Pierre-Alain Allemand (directeur réseaux, systèmes d’information et opérateurs), Franck Cadoret (directeur grand public et professionnels), Sandrine Dufour (directrice finance et stratégie), Olivier Henrard (secrétaire général) et Jean-Marc Lazzari (directeur de SFR Business Team).

Une DSI à la diète

Ces changements augurent de la mise en oeuvre de la politique de rationalisation. La DSI sera particulièrement touchée comme nous l’expliquions récemment. Patrick Drahi avait indiqué en mars dernier que “actuellement, SFR dépense près de 400 millions d’euros dans l’informatique chaque année. A titre de comparaison, c’est 20 millions chez Numericable”.  Rapporté au chiffre d’affaires, nous avions calculé que le montant de 400 millions d’euros devait atteindre à terme 120 millions d’euros (en plus des 20 millions de Numericable). Les sacrifices devraient se faire sur les sous-traitants auxquels a souvent eu recours SFR. Olivier Urcel, ancien DSI du groupe Canal+ et qui a rejoint récemment Numericable sera en charge de cette transformation de la DSI du nouveau groupe.

Jean-Yves Charlier conseiller

Jean-Yves Charlier, PDG de SFR, conservera un rôle de conseiller de Patrick Drahi, le dirigeant du fonds Altice propriétaire de Numericable Group, le temps de la transition. « Patrick, Eric et moi-même viendrons à votre rencontre à travers toute la France, dans les jours qui suivent le closing, pour vous présenter les initiatives clés ainsi que les prochaines étapes du nouveau groupe et pour répondre à toutes vos questions », écrivait-il mi-octobre dans un e-mail adressé aux salariés de SFR que Silicon.fr s’était procuré.

Les prochaines étapes du nouvel ensemble consisteront à structurer des offres grand public intégrant la convergence fixe-mobile du nouvel ensemble, à l’image de La Box TV Fibre que lance aujourd’hui SFR et compatible avec les 8 millions de foyers français éligibles au très haut débit câblé et  comprenant les services TV by Numericable. La fusion des boutiques des deux marques devrait également s’inscrire à l’ordre du jour.

Côté entreprise, SFR Business Team devrait devenir une filiale de SFR-Numericable, aux côtés de Completel, l’autre filiale historique du câblo-opérateur, avant une hypothétique fusion à plus long terme. Le groupe sera néanmoins chargé de revendre le réseau DSL redondant entre les deux activités pour respecter les conditions imposées par l’Autorité de la concurrence.


Lire également
SFR-Numericable : «Une bonne nouvelle pour le marché de l’entreprise»
Résultats : Numericable solide, mais impacté par la fusion avec SFR


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur