Taxe GAFA : bluff ou stratégie de négociation des Etats-Unis ?

BusinessLegislationRégulations

En suspendant les négociations sur la « taxe GAFA » sous l’égide de l’OCDE, les Etats-Unis ont jeté un froid. Mais pour Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, il s’agit juste d’une posture de négociation.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La taxe GAFA est une série à rebondissements dont il est difficile de dire si 2020 marquera la dernière saison.

Jeudi 18 juin, les Etats-Unis ont jeté un pavé dans la mare :  « Les Etats-Unis ont suggéré de faire une pause dans les pourparlers de l’OCDE sur la fiscalité internationale au moment où les gouvernements du monde entier se concentrent sur la réponse à la pandémie de Covid-19 et sur la réouverture en toute sécurité de leurs économies », a déclaré dans un communiqué Monica Crowley, chargée des affaires publiques.
Parallèlement, une lettre a été transmise aux ministres français, britannique, espagnol et italien chargés de mettre en place cette « taxe GAFA » pour justifier la décision.

Pour Bruno Lemaire , cette lettre est une « provocation ».  Et le ministre de l’économie de  regretter :  » Nous étions à quelques centimètres d’un accord sur la taxation des géants du numérique, qui sont peut-être les seuls au monde à avoir tiré d’immenses bénéfices du coronavirus ».

Taxe GAFA : coup de bluff des Etats-Unis ?

La France reprendra le prélèvement de la taxe, suspendue le temps des négociations, sur son territoire en cas d’échec a-t-il insisté. Depuis le début de l’année, 137 pays se sont entendus pour aboutir d’ici la fin 2020 à un accord sur la taxation des multinationales du numérique, sous l’égide de l’OCDE.

Mais pour le commissaire européen, la missive des Etats-Unis ne doit pas être prise au pied de la lettre : “C’est une posture de négociation. (…) C’est une négociation qui va durer toute l’année 2020. On rentre, on sort, on fait une pause. La négociation va se poursuivre”, a-t-il assuré sur le plateau de LCI, le 22 juin.

Cependant, cette décision aura au moins une conséquence à court terme:   » l’obtention d’un accord comme prévu en octobre semble désormais difficile  » affirme Pascal Saint-Amans, chargé des questions de fiscalité à l’OCDE, dans une interview à l’AFP.  Il estime que les élections américaines sont la véritable raison de la suspension  des négociations.

Selon lui, « Les discussions sont aujourd’hui autour d’un plancher à 12,5%. Et les Etats-Unis le soutiennent et veulent un accord avant la fin de l’année sur ce sujet. »

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT