Wifi 802.11ac : un succès très attendu

Cloud

Promis à un bel avenir, le wifi 802.11ac devrait constituer près de la moitié des composant wifi d’ici 2017.

Avec une norme attendue pour avant la fin de l’année, le wifi 802.11ac (wifi ac) s’appuie sur la bande dite des 5 GHz pour délivrer jusqu’à 500 Mbit/s par canal. Soit, potentiellement jusqu’à 8 Gbit/s au total grâce aux capacités de d’agrégation de plusieurs antennes (multi MIMO).

A ce titre, il s’intègre comme le complément, voire le successeur, du wifi n et ses 300 Mbit/s théoriques aujourd’hui installés comme le standard des liaisons sans fil en entreprise comme à domicile ou dans les lieux publics. Soit un bel avenir en perspective pour la nouvelle génération du wifi.

Le wifi ac devrait donc rapidement s’imposer sur le marché. Selon le cabinet d’analyse IHS, 47% des composants wifi qui seront produits en 2017 supporteront le 802.11ac. A raison d’une croissance annuelle de 430% au regard de la l’offre actuelle, soit 1,3% du marché en 2013. Déjà en 2011, le cabinet In-Stat évaluait à 1 milliard le nombre d’appareils équipés en 802.11ac en 2015.

Un standard dans les smartphones

C’est essentiellement dans les smartphones et tablettes que le wifi ac trouvera son essor. Lancé en début d’année, le HTC One fût le premier téléphone à intégrer la nouvelle (future) norme. Suivi du Galaxy S4 de Samsung mais aussi, côté laptop, du récent MacBook Air d’Apple. Auxquels viennent s’ajouter le Moto X de Motorola ou encore le G2 chez LG. Bref, le “ac” devient un standard des nouveaux smartphones milieu et haut de gamme.

En revanche, la progression du wifi ac dans les autres segments, telles la gestion de flottes ou l’eSanté, sera beaucoup moins réactive. Une lenteur qu’IHS explique par l’absence de besoin de hauts débits sans fil que nécessitent leurs applications.

Mais cela ne devrait pas ralentir son adoption. Au-delà des terminaux mobiles, le marché progressera surtout avec les points d’accès et routeurs sans fil. Apple devrait pousser son soutien à travers son Airport Extreme et ses produits Time Capsule. Et, de Cisco à Aruba Networks en passant par Ruckus Wireless ou Trendnet, les fournisseurs d’infrastructures réseaux commencent à déployer leurs offres wifi ac.

Du wifi ac pour décharger le réseau mobile

Autant de solutions qui attireront l’attention des entreprises comme des opérateurs dont le wifi intégré à leur small cell et autres femto (mini antennes mobiles) s’inscrit parmi les solutions qui permettent de répondre à la montée en puissance du trafic mobile.

« Les exigences de bande passante ne cessent d’augmenter, à la fois dans les réseaux résidentiels et d’entreprise, souligne Lisa Arrowsmith, directrice adjointe chez IHS. Les consommateurs continuent de consommer des volumes toujours plus élevés de contenu vidéo depuis les appareils mobiles. Pendant ce temps, la tendance du BYOD met à rude épreuve la bande passante du réseau de l’entreprise. À plus long terme, la tendance du cloud est susceptible d’exacerber ces problèmes. Tous ces développements stimulent la demande pour les vitesses plus élevées que délivrent le wifi 802.11ac. »

Le marché pourrait également être encouragé par les politiques publiques. Récemment, la Commission européenne a fait part de son intention de réserver au wifi les fréquences comprises entre 5150 MHz et 5925 MHz tout en simplifiant les démarches administratives des opérateurs qui souhaitent s’appuyer dessus pour décharger leurs réseaux mobiles.

« L’adoption de la bande de 5 gigahertz par le 802.11ac […] permettra d’améliorer encore la robustesse de la technologie Wi-Fi, le rendant plus attrayant pour les opérateurs qui cherchent à décharger du trafic de leur réseau mobile tout en maintenant le même niveau d’expérience et de fiabilité », confirme Liam Quirke, également analyste chez IHS.

crédit photo © mtkang – shutterstock


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur