Marché télécom : M2M et forfait sans engagement mon amour

M2MMobilitéOperateursRéseaux
2 0 Donnez votre avis

Dans son observatoire sur le marché télécoms, l’Arcep constate que les cartes SIM sont portées par le M2M et que les forfaits sans engagement ont le vent en poupe.

Pour aiguiller les consommateurs dans le choix de leur offre de téléphonie mobile, l’Arcep établit, chaque trimestre, un observatoire relatif à la couverture et à la qualité des réseaux 2G, 3G et 4G en France. L’autorité administrative publie, en parallèle, un rapport plus « théorique » : l’observatoire des marchés des communications électroniques – document PDF, 15 pages.

Principal enseignement à tirer des relevés effectués au 2e trimestre 2015 : le M2M (« Machine-to-Machine », c’est-à-dire les objets communicants*) soutient la croissance du nombre de cartes SIM en circulation dans le pays.

Si l’on exclut ce segment pour se concentrer sur les SIM « classiques », on en compte 71,115 millions au 30 juin 2015. C’est-à-dire 193 000 de moins qu’à fin mars, dans la lignée de la baisse déjà enregistrée au précédent trimestre (- 365 000 cartes).

La progression annuelle faiblit « mécaniquement » (+ 0,6 %, avec 447 000 SIM supplémentaires depuis juin 2014), au même titre que le taux de pénétration : 107,6 % rapporté à une population de 66,07 millions d’individus (statistiques de l’Insee au 1er janvier 2014).

Un indicateur augmente néanmoins : le taux de cartes actives. Il atteint 96,7 % (+ 0,7 point d’un trimestre à l’autre), soit 68,769 millions de SIM.

Ce recul en volume n’est pas lié aux SIM associées à des forfaits (+ 375 000 cartes, pour une base globale de 57,935 millions), mais au prépayé : 13,181 millions de SIM, soit 567 000 de moins en un trimestre.

Hausse des forfaits sans engagement

Autre donnée en baisse : le nombre de cartes SIM Internet (3,48 millions sur le territoire métropolitain, dont 751 000 prépayées), en recul pour le deuxième trimestre consécutif.

Si le nombre de cartes SIM souscrites auprès des opérateurs est en baisse (- 225 000, à 61,2 millions), les MVNO – opérateurs de réseau mobile virtuel, qui n’exploitent pas leurs propres infrastructures – parviennent à stabiliser leur part de marché d’un trimestre à l’autre (10,6 %)… mais par sur un an (- 2,1 points).

Dans le même temps, la hausse du taux de forfaits libres d’engagement se poursuit : + 1,9 point en un trimestre et + 7,2 points en un an, pour atteindre 56 % (60,7 % sur le marché résidentiel).

En outre-mer, toujours hors M2M, les chiffres sont stables : 2,675 millions de SIM au 30 juin 2015, contre 2,703 millions un an plus tôt. La part du prépayé diminue, mais reste importante (1,268 million de SIM), explique ITespresso.

Mais c’est bien au M2M que revient la palme de la plus forte croissance annuelle : + 20,6 % de SIM en circulation (9,174 millions), avec 432 000 cartes ajoutées au 2e trimestre.

* Ces « objets communicants » sont exploités pour le traçage des outils de travail, l’identification et la surveillance ou encore l’actualisation de données, par exemple à travers le relevé à distance de compteurs. Considérant que les usages et revenus afférents au M2M sont « très différents de ceux des cartes [SIM] classiques », l’Arcep en a fait une catégorie à part dans son observatoire.

A lire aussi :

Big Data, M2M et NFV au secours des opérateurs
Apple, Samsung et les opérateurs en quête d’une carte SIM universelle

crédit photo © Brian A Jackson – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur