Nouvelle vague de licenciements chez BlackBerry

GouvernanceMobilitéRégulationsSmartphones
BlackBerry-Logo-800x529
2 2 Donnez votre avis

Le Canadien BlackBerry poursuit sa restructuration. À ce rythme, la société sera bientôt une ETI et non plus un grand groupe multinational.

BlackBerry n’en finit plus de réduire la voilure. La société a ainsi récemment indiqué souhaiter consolider encore plus ses activités liées au matériel, aux logiciels et aux applications business, avec à la clé de nouvelles réductions d’effectifs.

La firme canadienne se refuse à avancer des chiffres concernant l’ampleur des suppressions de postes évoquées. Fin février, BlackBerry disait employer 6 225 personnes, contre environ 7 000 en septembre 2014 et 13 000 en 2010. L’hémorragie semble donc être continue… et devrait se poursuivre sur le reste de l’année 2015, si l’on en croit cette nouvelle annonce.

La moitié des employés de BlackBerry travaille aujourd’hui au Canada. La firme est toutefois présente dans 32 pays. C’est peut-être de ce côté qu’il faudra s’attendre aux coupes les plus importantes. En avril, la société a ainsi indiqué vouloir fermer ses bureaux situés en Suède, mettant ainsi près de 100 de ses salariés sur la touche.

Activité en berne

BlackBerry est récemment revenu dans le vert, avec un bénéfice de 20 millions de dollars sur le dernier trimestre (voir l’article « BlackBerry affiche (enfin) son premier bénéfice depuis longtemps »).

Le chiffre d’affaires du constructeur est toutefois en chute libre, avec une baisse de 32 % sur un an, à 660 millions de dollars. Petit à petit, la société disparaît du marché des smartphones. Ses ventes sur le dernier trimestre ne s’élevaient plus qu’à 1,3 million de terminaux mobiles.

À lire aussi :
CES 2015 : BlackBerry propose une plate-forme pour l’Internet des Objets
Le CEO de BlackBerry revendique une ‘neutralité’ des apps mobiles
SecuTablet : une tablette BlackBerry sécurisée… sous Android


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur