Deutsche Telekom renoncera-t-il à vendre T-Mobile ?

MobilitéRéseaux

Si Deutsche Telekom décide finalement de ne plus vendre T-Mobile, Iliad verrait son rêve de conquête américaine s’évanouir. Dans l’immédiat du moins.

La conquête de l’Amérique risque de se montrer plus épique que prévu pour Iliad. Deutsche Telekom, propriétaire (à près de 67%) de l’opérateur mobile américain, pourrait lever son offre de vente. Du moins le temps que le paysage américain s’éclaircisse face aux nouvelles enchères qui seront organisées en novembre prochain autour des fréquences de trois largeurs de bandes (1695-1710 MHz, 1755-1780 MHz et 2155-2180 MHz) et qui devraient se prolonger en 2015 (sur les 600 MHz). Le groupe français avait fait une offre de rachat en plein cœur de l’été.

Selon l’agence Reuters, aucune décision n’a été formellement prise. Mais l’opérateur allemand pourrait finalement trouver un intérêt à rester aux Etats-Unis. La stratégie agressive du dirigeant de T-Mobile US, John Legere, paye : le quatrième opérateur a gagné plus de 550 000 nouveaux abonnés en août. Un record qui, s’ils s’enchaînent, pourraient permettre à Deutsche Telekom d’être en meilleure posture pour négocier la vente de sa filiale. De plus, face au marché fragmenté européen des télécoms et hyper concurrentiel, l’opérateur historique allemand a peut-être tout intérêt à conserver une activité sur le premier marché mobile au monde.

Deutsche Telekom accroché à la nouvelle offre d’Iliad

A l’inverse, le quatrième opérateur mobile américain risque de subir la réactivité de son premier concurrent, le numéro 3 Sprint, au risque de se lancer dans une guerre des marges destructrice, comme en Europe. De plus, si Deutsche Telekom décide de rester sur le marché américain, il devra investir dans les nouvelles fréquences au risque de perdre de l’avantage concurrentiel. Deutsche Telekom aura-t-il les moyens de supporter à la fois les investissements dans la construction des infrastructures mobile et fixe très haut débit en Europe et dans les nouvelles fréquences mobiles américaines ?

Un dilemme qui pourrait trouver son issu prochainement. Iliad décidera, mi-octobre, de relever son offre de rachat. Ou pas. Deutsche Telekom est jusqu’à présent resté sourd à l’offre de 15 milliards de dollars (33 dollars par action) pour 57% du capital de T-Mobile US que le groupe de Xavier Niel avait avancée. Deutsche Telekom en souhaiterait minimum 35 dollars par action.

D’autres prétendants

Autre piste stratégique pour l’Allemand, un accord avec l’opérateur de télévision par satellite Dish Network. Si ce dernier n’a pas fait d’offre formelle, il a fait part de son intérêt pour T-Mobile. Enfin, Sprint pourrait également faire son retour à la table des négociations si la FCC envisage d’assouplir ses règles. Jusqu’à présent, le régulateur américain voit d’un mauvais œil une concentration du secteur. Une barrière qui avait poussé Sprint à jeter l’éponge malgré les 30 milliards mis sur la table et avait cassé l’accord de 39 milliards signé avec AT&T… en 2011.

crédit photo © Northfoto – shutterstock


Lire également
Rachat de T-Mobile US : une opportunité attractive pour Iliad selon l’Idate
Iliad voit son avenir avec T-Mobile US, mais plus en France


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur