Huawei et EE débutent les tests de 4G+ tri-bande

4GMobilitéOperateursRégulationsRéseaux

Les tests commerciaux de Huawei et EE en LTE-A (4G+) à trois porteuses sur modem Qualcomm ont permis d’atteindre 410 Mbit/s de débit en réception.

Equipementiers et opérateurs multiplient leurs expérimentations en LTE-A pour pousser toujours plus haut les capacités de la 4G+. Huawei, qui travaille à la convergence des technologies LTE FDD et TDD, vient de réaliser avec succès des tests de compatibilité d’agrégation de trois porteuses avec des terminaux dits de « Catégorie 9 ».

Les tests ont été réalisés sur un appareil Qualcomm équipé du processeur Snapdragon 810 et d’un modem compatible LTE-A tri-bande (comme le Gobi 9×45) à partir du réseau mobile commercial de l’opérateur britannique EE équipé par Huawei. Il s’agit de la première annonce de ce type sur un réseau européen.

410 Mbit/s en réception

Les expérimentations se sont appuyées sur 20 MHz de largeur de bande dans chacune des fréquences 1800 MHz et 2600 MHz, et 15 autres MHz en 2600 MHz. L’agrégation de ses trois porteuses a fourni une largeur de bande de 55 MHz qui a permis d’atteindre jusqu’à 410 Mbit/s de débit en réception. Une capacité que EE entend démontrer en « live » en début d’année prochaine au stade de Wembley, a avancé Tom Bennett, directeur des services réseaux et terminaux chez EE, sans néanmoins préciser pour quel événement ni la date.

« Basculer du LTE-A Catégorie 6 au LTE-A Catégorie 9 multipliera par 1,5 la vitesse de téléchargement, réduira le temps de réponse des applications, apportera une connectivité fiable et des connexions au réseau plus rapides », déclare Enrico Salvatori, président de Qualcomm Europe. Rappelons que les terminaux de Catégorie 6 peuvent supporter jusqu’à 300 Mbit/s de débit en réception maximum.

Bandes de fréquences à trouver

Il n’en reste pas moins qu’il faudra équiper le marché d’une nouvelle génération de smartphones compatibles avec les technologies LTE-A à trois porteuses. Prochaine génération de terminaux ultra réceptifs qui n’est pas attendue avant 2016. Le temps, pour les opérateurs, de trouver les capacités réseaux nécessaires à la mise en œuvre de ces services très haut débit.

En France, Bouygues Telecom est le seul opérateur à pouvoir exploiter, aujourd’hui, trois bandes de fréquences en 4G (les 800 MHz, 1800 MHz et 2600 MHz). Mais l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a ouvert (jusqu’en décembre 2015) une consultation publique pour réutiliser les bandes de fréquences de la 2G et 3G avec des technologies 4G. Elles permettront d’élargir, dans les prochaines années, les capacités réseau des opérateurs face aux évolutions du LTE. L’attribution au secteur mobile de la bande des 700 MHz, qui ne sera néanmoins pas activée avant 2017, permettra également d’exploiter les technologies à trois porteuses pour répondre à la demande grandissante de consommation de l’Internet mobile.


Lire également
Huawei prédit l’arrivée de la 4,5 G en 2016
Nokia dépasse les 4 Gbit/s de bande passante en 4G LTE-A
Orange teste la 4G+ dans la bande des 3,5 GHz

crédit photo © Chuck Wagner – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur