Huawei premier dépositaire de brevets auprès de l’OMPI

JuridiqueRégulationsSécurité

Huawei détrône Panasonic dans le classement des demandes de brevets internationaux. Qualcomm et ZTE suivent.

Huawei a pris la tête des entreprises dépositaires de brevets technologiques en 2014, vient d’annoncer l’OMPI (Office mondial de la propriété intellectuelle). Avec 3 442 demandes de brevets, le fournisseur chinois dérobe la première place au Japonais Panasonic. L’entreprise est suivie par l’américain Qualcomm (2 409 demandes) et son compatriote ZTE (2 179 demandes).

IBM très discret

Rappelons que, dans le cadre du Traité de coopération en matière de brevets (le PCT pour Patent Cooperation Treaty) et de sa mission d’organiser le cadre juridique de la propriété intellectuelle internationale (188 Etats membres), l’OMPI (WIPO en anglais), institution onusienne, propose ses services aux entreprises qui souhaitent protéger leurs innovations à l’échelle mondiale. Services qui ne reflètent pas nécessairement les dépôts réel de brevets des entreprises mais seulement ceux qui veulent bénéficier d’un cadre juridique international. Ainsi, IBM, le premier dépositaire pour la 22e année consécutive avec plus de 7500 brevets, n’apparaît qu’en 49e position du classement de l’OMPI avec 25 demandes (néanmoins en hausse de 14).

Il n’en reste pas moins que les données de l’OMPI en matière de brevets jettent la lumière sur les domaines où la technologie semble la plus stratégique commercialement parlant. Ce n’est probablement pas un hasard si les trois premiers dépositaires de 2014 oeuvrent tous dans le domaine des technologies des communications, notamment mobiles. Une tendance qui pourrait bien s’accentuer dans les prochaines années alors que le marché de la 5G et de nouvelles technologies d’agrégation de fréquences et de traitement de signal se profilent à l’horizon 2020.

La plus forte progression pour la Chine

D’un point de vue géographique, les Etats-Unis s’inscrivent comme la première région dépositaire avec près de 61 500 brevets. Un volume de demande en hausse de 7,1% d’une année sur l’autre. On y retrouve Intel (1 539 demandes) et Microsoft (1 460) parmi les dix premiers acteurs du classement. Si la Chine reste loin derrière avec plus de 25 500 dépôts, elle est le seul pays à connaître une croissance à deux chiffres : 18,7%. Croissance qui reflète, là aussi, le dynamisme de la région en matière technologique. A eux deux, les Etats-Unis et la Chine concentrent 87% des dépôts de brevets sur un marché en hausse de 4,5%.

L’Europe, pour sa part, affiche une certaine amélioration, note l’OMPI, malgré la situation économique de la zone. Trois pays s’y sont montrés particulièrement actifs : l’Allemagne (18 008), la France (8 319) et les Royaume-Uni (5 282). Ce dernier enregistre la progression la plus importante d’Europe (+9%). Le Japon recule à 42 459 demandes (contre plus de 43 700 en 2013). Avec la Suède (3 925 brevets, -0,5%) et la Suisse (4 115 brevets, -5,9%), ils font parti des trois seuls pays figurant au top 10 à avoir déposé en 2014 un nombre de brevets inférieur à celui de 2013.


Lire également
Le consortium Rockstar revend ses brevets anti-Android
Les acteurs IT se mobilisent en ligne contre les « patent trolls » en Europe
Android : la Chine dévoile 310 brevets utilisés par Microsoft


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur