Huawei s’avance dans les objets connectés avec Neul

CloudM2M

Huawei rachète Neul, une start-up de Cambridge spécialisée dans l’Internet des objets dont l’équipementier chinois pourrait faire une unité de développement interne.

Huawei poursuit ses investissements au Royaume-Uni. Dans l’Internet des objets cette fois. Le fournisseur chinois de solutions IT et télécoms vient d’acquérir Neul pour l’équivalent de 25 millions de dollars, nous apprend Business Weekly.

Mettre en œuvre l’Internet de tout

Basée à Cambridge, la start-up développe des solutions pour connecter les objets de bout en bout (des points d’accès sans fil au traitement et la gestion des données en passant par les services aux opérateurs et utilisateurs finaux) avec une vision qui entend « provoquer une révolution dans la manière dont les appareils et application communiquent entre eux pour mettre en œuvre l’Internet de tout ». Neul se distingue notamment dans les interfaces sans fil à très faible consommation (avec des batteries appelées à alimenter les composants au-delà de 10 ans) en direction des détecteurs et capteurs en tous genres, de gestion de trafic, de l’éclairage urbain mais aussi dans les interfaces de liaison comme les QR Code. L’entreprise s’appuie notamment sur les spectres de la bande des 900 MHz, comme l’UltraNarrowBand (UNB), et le Wifi.

C’est probablement l’expertise de Neul dans les objets connectés B2B qui a intéressé Huawei dans son ensemble et pourrait faire de la start-up une unité de développement technologique plus qu’une entité commerciale. C’est aussi une opportunité d’acquérir à bon prix une start-up aux produits prometteurs alors que Neul risquait de manquer de souffle pour assurer ses développements. Après une première levée de fonds de 12,8 millions de dollars en 2011, Neul avait obtenu 5 millions supplémentaires dans un deuxième tour de table en septembre 2013. Cambridge Angels, Draper Fisher Jurvetson esprit, IQ Capital Partners et Mitsui Global Investment comptaient parmi ses investisseurs.

Huawei multiplie les centres de R&D en Europe

Huawei entend donc se positionner sur le prometteur marché de l’Internet des objets, et du M2M, alors qu’un standard tente de se mettre en place derrière les initiatives des consortiums comme la AllSeen Alliance (emmené par Qualcomm) et l’Open Interconnect Consortium (Intel, Wind River, Dell). L’équipementier chinois accélère visiblement ses développements dans le secteur des services aux entreprises au-delà de son activité principale d’équipementier télécoms.

Selon la presse britannique, Huawei aurait l’intention d’investir 1,3 milliard de livres sterling (1,65 milliard d’euros) outre-Manche. Des investissements qui s’ajoutent à l’ouverture, ces derniers mois, des centres de R&D de Bristol (laboratoire de chipsets) et Ipswitch (photonique). Le 12 septembre dernier, c’est en France, à Sophia Antipolis, que Huawei a ouvert son nouveau centre de R&D autour de la conception de composants électroniques et de l’embarqué. Huawei compte 17 centres de R&D en Europe et a rejoint 19 centres d’innovation à travers des partenariats.

Le schéma de la vision de l'Internet des objets, selon Neul.
Le schéma de la vision de l’Internet des objets, selon Neul.
crédit photo © chanpipat – shutterstock

Lire également
Sigfox, le réseau de l’Internet des objets, gagne la Silicon Valley
Google (Nest) inaugure un consortium technique sur l’Internet des objets
Quiz : l’Internet des objets en questions


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur